9.5/10Johannsson (Bardi) - Haxan

/ Critique - écrit par juro, le 23/04/2006
Notre verdict : 9.5/10 - Monstrueusement magistral (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 3 réactions

Bardi Johannsson est un type fantasque. Déjà auteur d'un projet solo avec Bang Gang et mûr d'une collaboration avec Keren Ann, l'Islandais s'est offert un petit plaisir avec un projet totalement farfelu : créer une bande son pour un film
d'horreur scandinave de 1922. Insensé ? Peut-être... surtout lorsque la mention culte y a été apposée. Ce film n'est autre que Haxan (sorcière en français), censuré pendant des années pour son adoration au diable et sa nudité. Lors de la ressortie du phénomène en salle, Bardi Johannsson compose déjà une composition classique. Le rêve se prolonge et l'homme du froid livre une oeuvre magistrale, inquiétante par instant, magique tout le temps. Une oeuvre dont la portée restera sans doute mineure mais absolument géniale...

Entouré de l'orchestre symphonique bulgare, Bardi Johannsson a délivré quelques compositions classiques de haut rang, desquels les émotions fourmillent. L'auditeur est transporté dans un véritable monde aux abords de l'heroïc fantasy ou de l'horreur la plus brute, grinçant ou caressant, sombre ou éclairé, espoir et désespoir. Les oppositions se font et se défont, l'orage succède à un pâle soleil. Difficile de définir l'album en un seul mot, lui qui n'en contient aucun. Maniant les silences comme personne, Johannsson nous fait traverser en sept pistes éponymes un univers incroyablement délicat. La finesse des arrangements berne par tant de lucidité, la douceur minimaliste contraste avec la folie des grandeurs.

Ebahissement, voire bouchée bée, c'est l'impression après une seule piste de l'album. Cet album/BO s'interprète. Haxan I dynamite l'album dès les premières secondes par sa pureté, piano puis crescendo, c'est une véritable tornade emportant tout sur son passage, les familles d'instruments se joignent progressivement pour atteindre une apogée dantesque, sublime. Les violons
apportent une touche cruciale autour de la harpe, les cuivres et les percussions parachevant le travail par des incursions impromptues. Le tout baigne dans une légèreté planante, à tel point qu'on se laisse porter et imaginer le film. Haxan II n'en est que le prolongement, la harpe donnant une connotation cristalline, entre une ballade pas si paisible autour d'un lac et un air de défi façon Ennio Morricone. L'inquiétant troisième thème est bon à refiler la frousse, le quatrième pourrait être une course poursuite, une romance fragile au beau milieu d'un bal de chauve-souris sur Haxan V avant d'entamer l'affrontement final. Seule la dernière piste revient à la féérie des débuts comme un "happy end" tout relatif.

Forcément réussi par son côté imagé, Bardi Johannsson refile sept titres de bonheur intégral qui font vivre le film sans les images. Chef d'oeuvre, le mot n'est pas trop fort. Haxan est à ranger dans toute bonne discothèque ayant un tant soit peu de classe. Il ne reste plus qu'à découvrir le film pour se faire une idée globale de la vision de Johannsson. Pour une fois qu'on vous recommande du classique sur Krinein, croyez-nous, c'est du bon.


Bardi Johannsson - Haxan

01. Haxan I
02. Haxan II
03. Haxan III
04. Haxan IV
05. Haxan V
06. Haxan VI
07. Haxan VII

A découvrir
Billy Ze Kick - Billy Ze Kick et les Gamins en folie
Billy Ze Kick - Billy Ze Kick et les Gamins en folie
Silence 4 - Silence Becomes it
Silence 4 - Silence Becomes it
Watcha - Mutant
Watcha - Mutant