6.5/10Jan Garbarek - In Praise of Dreams

/ Critique - écrit par wqw..., le 19/10/2006
Notre verdict : 6.5/10 - Hygiène nordique... (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - 3 réactions

Gabarek fait évoluer plus qu'il ne révolutionne sa musique, tranquillement, avec quelques fautes de goûts bien vite rattrapées par d'intenses mouvements.

Grand adepte du jazz planant de Jan Gabarek et de son saxophone branché sur la reverb, je m'apprêtais à encenser ce nouvel album sans la moindre retenue et ainsi vous faire découvrir un artiste important de la scène actuelle, l'un des papes du jazz nordique. Et le moins que l'on puisse dire c'est que cet album est un peu déroutant. Le casting est pourtant séduisant. Atypique, puisque le norvégien s'est entouré de la violoniste (alto) Kim Kashkashian, et du talentueux Manu Katché que l'on préfère dans ce registre à celui de juge à la Nouvelle Star...

Au programme de ce In Praise of Dreams, un savant mélange entre l'acoustique et l'électronique et un jeu d'équilibriste pour le compositeur. Celui-ci exploite les textures afin de diversifier les couleurs, donnant d'intéressantes orchestrations et autres arrangements. Un long travail de post-production a alors eu lieu, Garbarek faisant enregistrer les musiciens séparément (finalement assez rare dans le jazz) et retravaillant à partir de boucles, les joies du copié-collé avant de poser son saxophone, comme marchant pieds-nus sur un épais tapis soyeux.

Et c'est peut-être là qu'est le problème. Parfois les choses sont un peu trop propres. On est souvent bercé dans des atmosphères cinématographiques mais on a malheureusement plus à faire à un blockbuster qu'à un film d'auteur... Ainsi les celtitudes de In praise of dreams ne sont pas du meilleur aloi, Garbarek étant alors parfois au jazz ce que la world est à la musique du monde... Pas d'une grande finesse. Dans le même temps, il est capable de véritables moments de génie. Ne serait-ce que sur cette entrée en matière As seen from above dont le rythme très groovy vient contrebalancer une intro très éthérée. C'est d'ailleurs dans ce genre d'ambiance qu'il excelle, réalisant une très intéressante deuxième partie d'album, qu'on voit arriver si tardivement à regret.

Avec ce nouvel album, Gabarek fait évoluer plus qu'il ne révolutionne sa musique, tranquillement, avec quelques fautes de goûts bien vite rattrapées par d'intenses mouvements. Peut mieux faire en somme.


01 - As seen from above
02 - In praise of dreams
03 - One goes there alone
04 - Knot of place and time
05 - If you go far enough
06 - Scene from afar
07 - Cloud of unknowing
08 - Without visible sign
09 - Iceburn
10 - Conversation with a stone
11 - A tale begun

A découvrir
Muse - Showbiz
Muse - Showbiz
Oasis
Oasis
Noir Désir - Des visages des figures
Noir Désir - Des visages des figures