3.5/10James (Marianne) - Marianne James

/ Critique - écrit par juro, le 12/10/2006
Notre verdict : 3.5/10 - A la recherche de bons titres (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - 2 réactions

Vous connaissez Marianne James ? Moi aussi. Enfin, j'avais entr'aperçu le personnage dans ses frasques sur le plateau télé de A la recherche de la nouvelle star mais je la connaissais plus pour son fabuleux rôle de composition d'Ulrika von
Glotte
(L'ultima récital sanctionné par un Molière de meilleur spectacle), personnage haut en couleurs capable de performances vocales assez hallucinantes. Marianne James y mit fin en 2002. Redevenant Marianne James. Devenant une icône télévisuelle. Du coup, réaliser un album pop peut s'avérer audacieux... ou désastreux. Perversion télévisuelle ou autre raison complaisante, cet album éponyme tombe dans la facilité sans créativité, un ratage assez rare et inattendu pour une artiste qui a déjà prouvé beaucoup mieux...

Name dropping à tout va sur le single Les people, typiquement le genre de titres reprochés à des chanteurs de la nouvelle scène française avec une dénonciation facile et vaguement consensuelle. Totalement à côté de la plaque. Titre mis en avant de l'album, il est à jeter aux oubliettes le plus rapidement possible, ne servant qu'à mettre en avant le nouveau « personnage » de Marianne James. Heureusement, la suite ne sera pas du même tonneau... Ah... Bah, si. Au rayon des titres insupportables dignes d'un préadolescent en panne de vocabulaire, Tout te tue manque d'une composition, d'un texte et d'une interprétation d'intérêt. Dévoilant sa personnalité sans complaisance, l'album est autocentré sur sa fragilité feminine avec quelques pointes d'humour basique... Autres exemples : La nuit ne possède qu'une rythmique synthétique, Corps et âme est un gospel sans conviction et loin des canons du genre ou Dans tes pupilles ne représente qu'une passable tentative de séduction vocale sur une bossa légère. Stop. Marianne James, où est passé ton talent ?


A côté de cela, quelques trop rares titres d'intérêt apparaissent. Fragile représente un petit titre sympathique sans plus d'intérêt. Fringantes, fringuées est une petite joie légère, sur laquelle l'interprète montre une toute autre facette au beau milieu des cuivres. Capable de trop rares prouesses, l'interprète livre un album en quart de teinte, bien en deçà de son potentiel. Sa bonne humeur a beau être là, le manque cruel de profondeur des textes laisse un vague sentiment de se laisser tomber dans la facilité du pire de la chanson française.

Marianne James passe à côté de son sujet, livrant un album à ranger du côté des nanars musicaux de l'année. Pourtant, rassurons-nous pour elle, sa promo d'enfer lui assurera un confortable revenu parmi les meilleures ventes du moment. Y'a pas de quoi être fière...


01 - Fragile
02 - Les people
03 - La nuit
04 - Dans tes pupilles
05 - Tout te tue
06 - 3,14...
07 - Fringuantes fringues
08 - Corps et âme
09 - Dans ma rue
10 - Patati patata
11 - Une chanteuse de chansons

A découvrir
Ludwig von 88 - Houlala 2 : la mission
Ludwig von 88 - Houlala 2 : la mission
Urban Peace
Urban Peace
Maze - Some Noise
Maze - Some Noise