6/10Jahcoozi - Blitz 'n' Ass

/ Critique - écrit par Dat', le 02/10/2007
Notre verdict : 6/10 - Tits, Yeyo & Yumyum (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 5 minute(s) - laisser un commentaire

Bootybass intelligente? Reste que Jahcoozy balance textes satiriques et instrues Dancehall / electro pour un disque bien sympathique.

Il n'y a pas que M.IA a être d'origine Sri Lankaise et cracher des textes acerbes sur des rythmes à faire trembler les murs. La chanteuse de Jahccoozi en est. Groupe allemand par adoption, propulsé comme espoir d'une musique rythmée mais intelligente (sic) par une phrase du messie John Peel, : « de la pop qui vient du futur », lors de la sortie du 1er album Pure Breed Mongrel. Depuis, le groupe prend du galon et semble adoucir sa recette pour l'offrir au plus grand nombre, accompagné d'un single, BLN, remarqué par sa capacité à faire remuer les culs.


Muchas Tits, Poco Sexo

Ce BLN, on le trouve des l'ouverture de la galette. Et rien à dire, il remplit clairement son office. Evident, dansant, rythmé sans être tapageur, avec ses nappes de synthés bien senties, en hésitant pas à casser un peu le tout sur la fin. Efficace. Et c'est le mot à retenir pour Blitz 'n' Ass : efficace. Le deuxième titre, Style, pourrait presque passer à la radio, craché par une Gwen Stefani en goguette. On lui préférera l'excellent Gameboy, « Timbalandesque », charge lourde contre les nerds, avec cette instru mutante emplie de beats claquants et de sonorités 8 bits perlants sous les assauts assassins de la chanteuse Sascha, déversant d'une bile acide ses griefs contre les effets de la télé : « he moves his body from the fridge and back in front of the TV / his belly of jelly and his computer game reality versus reality » ... « Gameboy / It's a shame boy, shame boy / You should get out see the real world school boy / You should get out play with real boys, make noise, make some real choice, more rice, less pies" ... "So I warn you / Of the first world's greed / And the kids are gonna be obese / nouveau riche, third world elites / Fat kids in front the T.V."

Des bons titres, on ne va pas en manquer sur cette galette, avec en tête de liste le GetYoShitOut, excellent, alternant couplets bien crunks, presque épileptiques, et refrains aériens pop. La mixture prend directement, et réussira à dérider le bassin de n'importe quel pilier de bar grognon dans un club pourtant enflammé.

Chill Jill vire elle dans l'expérimental, pour accoucher sûrement du meilleur titre de l'album : l'instru y est monstrueusement cassée, partant dans tout les sens, crissant, grognant sous les tortures des deux producteurs. Mais le morceau flirtant avec l'IDM va basculer pour les refrains dans une ambiance house 90's, sautillante et ultra joyeuse, à vous obliger à lever votre main au ciel en sautant contre les murs. Le contraste est jouissif, et mériterait vraiment d'atterrir dans les oreilles des aficionados de dancehall / hip hop / electro mutants. Pourtant les lyrics sont à prendre à part, d'une noirceur peu commune pour ce style musical, avec cette « Jill » prenant des cachets pour laisser sa « social conscience » au vestiaire.


Mais Jahcoozi ne fait pas que dans le tabassage de bassins et accouche de petites merveilles pop, comme le très beau Party Hard, qui contrairement à ce que laisse présager son titre, verse dans le morceau pop avec de petites réminiscences gospel, le tout sur une drum & bass maquillée de pianos mélancoliques.
Autre bijou, le Rainbow Coloured Rizzla, dub electro parfait, avec cette digression bien crade qui répond aux basses cristallines d'un dub froid et électronique. Les lyrics sont toujours excellents et aux antipodes de ce que l'on nous sert d'habitude, avec une Sacha se posant bien des questions sur la cabale anti homosexuelle qui court encore dans le milieu du reggæ, et les textes appellant à tabasser les « batty men » (comme ceux d'Elephant Man, cité dans le titre). La fin, où la chanteuse se fait presque implorante, est sublime, conclue par un sample de trompettes parfaitement placé. "And out in Jamaica, it’s a witchhunt, they’re just like the Ku Klux Klan / Yardies are waiting for the lynching of the next poor batty man /
And when I dance and shake my booty to the sound of the Elephant Man /
While I’m dancing, he be singing, lets go kill the batty man"


Go Plastic

Mais pourtant quelque chose gène. Certains morceaux flirtent avec l'anodin, ou le tube de bas étage. Si l'album démarre tambours battant, et se conclue avec cinq titres de haute volée, on reste un peu sur notre faim sur le ventre mou du disque. Une poignée de morceaux bien trop communs s'enfilent les uns après les autres et glissent sur nos oreilles comme des saucisses sur une choucroute.
Mais plus dérangeant, et comme le montre la (repoussante) pochette du disque, le tout est un peu trop plastique, un peu trop lisse au final. Cela manque d'aspérités, de bastonnades ou à contrario d'envolées electronico-lyriques, là où M.I.A le faisait parfaitement. Mais Jahcoozi n'a ni la crédibilité de cette dernière, ni l'autodérision des excellents Modeselektor, assez proches dans certaines sonorités...
L'image de booty bass intelligente que veut se donner le groupe n'est pas foncièrement judicieuse, voir même un peu surfaite, et même étonnante, vu que les textes, eux, sont d'une pertinence rare. Oui les lyrics sont bien torchés, satyriques à souhait. Oui les productions sont (dans l'ensemble) rondement menées. Mais revendiquer un statut intelligent et innovant frôle la mauvaise blague. Si Pure Breed Mongrel a pu faire son petit effet il y a 3 ans, Jahcoozi ne sert plus du tout une « pop du futur », mais bien celle du présent, celle qu'un mec comme Timbaland fait déjà si bien, mais qu'il va falloir songer à dépasser pour avancer, et qui va surtout commencer à sentir la poussière malgré ses deux jambes encore valides...

Jahcoozi est le lien parfait entre M.I.A, Timbaland et Modeselektor. Mais sans l'excellence de ces derniers.

Reste un Blitz 'n' Ass jouissif dans son ensemble, avec quelques titres dantesques (Gameboy, Chill Jill, Rainbow Coloured Rizzla...) et des textes à comprendre absolument pour entrevoir la véritable portée d'un disque au final bien sympathique. Et ce n'est déjà pas si mal.


Jahcoozi - Blitz 'n' Ass
01. BLN
02. Style
03. Gameboy
04. Double Barrel Name
05. GetYoShitOut
06. Hands In Ya Pockets
07. High Tech feat M.Sayyid
08. Disposable feat Stereotyp
09. Talkin' Your Street
10. Flatline feat RQM
11. Party Hard feat Autodrive
12. Chill Jill
13. Rainbow Coloured Rizzla
14. Collagen
15. Sit&Chuckle

A découvrir
Maze - Some Noise
Maze - Some Noise
Static-X - Machine
Static-X - Machine
Matt - Rnb 2 rue
Matt - Rnb 2 rue