8/10Iterum de Daily Bread : un croisement modèle des trois dernières décennies

/ Critique - écrit par nazonfly (), le 27/01/2013
Notre verdict : 8/10 - Beaucoup d'allure (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Coucou, revoilà les Daily Bread qui nous apportent toujours quotidiennement notre dose d'electro-pop efficace. Rappelez-vous, on avait découvert les Hollandais avec leur EP The present. Du quatre titres, ils ont gardé Loverst et In all, et huit autres titres sont venus faire le nombre pour pousser jusqu'à près de 50 minutes de bonne musique.

Entre The dø et la dance music 90s ou 80s

Une bonne musique portée par la très belle voix de Kimberly qui nous
Ils sont quatre et ils ne sont pas contents
embarque avec elle et qui, comme un fil d'Ariane, ne nous perd pas dans la labyrinthique musique de Daily Bread. Cette voix nous rappelle d'ailleurs celle de Olivia Merilahti de The dø. Il faut dire que le nom du groupe parisien, que nous avions déjà évoqué sur The present, retentit une nouvelle fois à nos oreilles comme sur  She spider, In all ou The river dont les superbes envolées dance music (n'hésitons pas dans les termes !) sont parfaitement mises en valeur par cette fameuse voix ainsi que des influences évidentes des années 80.

Nouvelle vague froide

Effectivement les années 80 – on vous rassure toute de suite, pas les
Ils ne sont plus que trois et ils ne sont pas contents
années 80 du Sunlight des tropiques mais plutôt celles de l'essor de la cold/new wave – sont aussi largement présentes sur Iterum. C'est ainsi que sur Allure les synthés complètement vintage balancent agréablement et ne sont rien d'autre qu'un appel à se trémousser au rythme du stroboscope et des lasers lumineux. Et si The conflict poursuit dans la même veine avec, toutefois, un côté largement plus ensoleillé, il nous faut signaler la sombre beauté de Day of revolt qui se pare d'une densité grésillante et rampante pour exploser comme une étoile noire.

On sera quand même un peu plus dubitatifs avec The persistence au beat très dance music qui ne nous emmène pas autant que le reste de l'album, comme avec Silica beaucoup plus énervée mais sur laquelle la belle voix de la chanteuse passe complètement au moulin électronique. Et c'est sacrément dommage !

Mais ce petit faux pas ne peut nous faire oublier que Iterum, l'album comme, du reste, l'excellente chanson éponyme, est vraiment un modèle de croisement entre ce qui se fait de plus dansant sur trois décennies sans oublier d'enrober le tout dans une pop effficace (Loverst).

À venir le 25 février 2013 !

Point fort : une alchimie efficace entre rythmes dance 90, synthés 80 et une electro-pop 2010.

Point faible : quelques fautes de goût cachées en fin d'album

En écoute, Daily bread – The river

Daily bread – Iterum

01. Allure
02. Loverst
03. The river
04. Iterum
05. Metamorphosis
06. She spider
07. The conflict
08. Day of revolt
09. The persistence
10. Silica
11. In all
12. You have become

A découvrir
Up and Down, l'hymne des lofteurs
Up and Down, l'hymne des lofteurs
Collins (Phil) - Face Value
Collins (Phil) - Face Value
Blur - Best of
Blur - Best of