8.5/10The Isley Brothers - Eternal

/ Critique - écrit par Levendis, le 28/08/2003
Notre verdict : 8.5/10 - Qui veut un peu de miel ? (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

Quoi ! Encore du R'n'B ! On va une fois de plus se coltiner du larmoyant, du mielleux et autre pose "lover" à la con ? Eh ben oui messieurs dames ! C'est ainsi !
On sait que chacun d'entre vous a déjà eu sa dose au kilo de Keath Sweat, Johnny Gill, Gerald Levert et autre R.Kelly, aussi vous pourriez vous dire : c'en est trop ! On rend les armes, on en a assez de tout ça ! C'est tellement répétitif !
Mais non, justement ! On en a pas assez, vu que l'amour, le sexe, les relations homme/femme étant des sujets inépuisables dans la musique (et surtout dans la black musique) pourquoi nous priver, de temps en temps, de faire à notre tour notre pause "love" ?
Surtout quand c'est bien fait et que ça n'a pas d'autre prétention que de nous caresser délicatement l'âme et les entrailles.
Et ici avec l'album Eternal, c'est bien du bon miel ; bien onctueux comme il faut, mais l'AOC est de qualité, messieurs dames. Rassurez-vous. Alors appelez (ou pensez à) votre moitié, si vous en avez une, posez-vous dans un coin tranquille puis laissez-vous aller. Ça vous fera du bien, promis.

Les papys font de la résistance

Il faut bien le dire : y en a marre de ces jeunots qui arrivent actuellement en force dans le RnB (Ashanti et J. Lo en tête), avec leur pose moisie, leurs clichés a gogo et leur musique soupesque qui décrédibilisent jour après jour le genre. Et devant ce fatras dégoulinant et désespérant, se replonger dans les valeurs sûres devient salvateur, voire rafraîchissant. La solution adéquate serait ainsi de se tourner vers les artistes "anciens" tels Barry White (RIP), Luther Vandros voire les Neville Brothers (non non ! pas les joueurs de Manchester) et que cela réconfortera le fan qui demande surtout de l'authenticité.
C'est bien beau tout ça, mais cependant faut aussi penser à défricher ! A regarder ailleurs. C'est à dire ? Eh bien ne pas oublier, par exemple, les réguliers et incontournables Isley Brothers.
Eux qui ont plus de 40 ans de carrière et plus de 40 albums sur leur sillage !!! Avec une carrière ahurissante commencée à la fin des années 60, ces papys ont marqué les esprits à leurs débuts avec le célèbre Twist and Shout, et revenir, en 2001, après avoir longtemps bourlingué, avec cet album étonnant relève de la persévérance et l'amour pour le travail bien fait.

Des modèles inusables

Le nouveau maître actuel du R'n'B : Robert le bienheureux, leur voue même une admiration sans borne, et n'hésite pas à faire, à l'occasion, des duos redoutables avec eux (notamment les terribles Down Low sur l'album eponyme R. Kelly et le délicieux Friends of mine avec Kelly Price). Tant de générations de chanteurs ont suivi la voie de ces précurseurs de la chanson pour chambre à coucher, c'est normal d'un certain côté car qui peut vraiment résister à la voix inimitable et caressante de Ron Isley, alias Mr. Biggs ? Tous, nous aurions aimé en avoir une pareille.
Servant à merveille à embellir des chansons classiques mais si implicites. Elle est charmeuse, envoûtante, incitante à consommer sans modération, vous savez quoi, et à l'entendre même le plus anti des anti R'n'B ne pourra que succomber et lui reconnaître sa grande qualité.
Quant au frère, Earnie Isley, qu'on pourrait surnommer "jamais sans ma guitare", il est très discret mais efficace ; et il a cependant un réel plaisir à nous lâcher un riff hendrixien de temps à autre et pousser un tit peu la chansonnette. La simplicité fait homme quoi.

Production bulldozer et sons "big love"

Aussi, on ne pourra pas dire que cet album a été fait par des bras cassés : R.Kelly, Raphaël Saadiq (cf. le super et éphémère groupe Lucy Pearl), les compères Jimmy Jam et Terry Lewis (producteur entre autres de Janet Jackson) et surtout les Isley Brothers eux-mêmes sont de la partie. Ainsi tout ici, est calibré et d'une efficacité bien exaspérante parfois, mais on boude pas son plaisir. Les sons sont des modèles de fusion réussie (plutôt de digestion) de sons blacks actuels et passés, qu'on pourrait croire que c'est des nouveaux jeunots qui débarquent sur la scène R'n'B !
De plus, la touche très psyché-rock Hendrixienne, apportée par Earnie, donne une touche originale à l'album, très old school (cf. le très remuant Move Your Body et Earnie's Jam) et on s'en lasse pas. Surtout que l'album est une succession de sons Méga love, où on y parle que de séduction, de rupture, de romantisme au chandelle et surtout de relations... ahem, voyez ?
Bref, si on cherche à emballer, mettre en place une ambiance tamisée, ou "consommer" avec une musique agréable en fond, cet album est fait pour vous. Ainsi, ruez-vous illico sur le redoutable Contagious (produit par R.Kelly, avec un son très R.Kelly), sur le fantastique You Deserve Better avec ses jeux de voix étouffées en background qui fera chavirer plus d'un(e), en passant par le... mais bref, n'allons pas plus loin. Pas la peine de détailler tous les titres un à un car vraiment ils se valent tous par leur qualité et leur diversité. Surtout si on rentre dans le trip love des artistes. C'est clair ! Chacun trouvera LE titre qui le touchera particulièrement.

Voilà donc vous l'aurez compris, cet album est vraiment super conseillé, procurez-le vous à tout prix ! Un album qui permettra de dire que le R'n'B existe aussi en dehors des standards imposés. Eternal est vraiment parti pour durer comme album référence et ce groupe s'imposera à votre esprit enfin dans le cercle fermé des très grands noms du R'n'B.

PS : Et surtout écoutez la voix de Ron Isley, c'est vraiment incroyable ! C'est à en devenir dingue ! Comment fait-il pour la rendre aussi suave et caressante ?

Best songs (pour moi) : Contagious, You Deserve Better, Secret Lover, Settle Down, You Didn't See Me


Tracks:

1-Move Your Body
2-Contagious (feat. Chanté Moore & R.Kelly)
3-Warm Summer Night
4-You Deserve Better
5-Just Like This
6-Secret Lover
7-You're All I Need
8-Settle Down
9-Eternal
10-If You Leave Me Now
11- Said Enough (Feat. Jill Scott)
12-You Didn't See Me
13- Earnie's Jam
14-Think

A découvrir
Placebo - Placebo
Placebo - Placebo
Collins (Phil) - Face Value
Collins (Phil) - Face Value
Blur - Best of
Blur - Best of