7/10HK et ses saltimbanks rallument les étoiles

/ Critique - écrit par nazonfly (), le 17/04/2015
Notre verdict : 7/10 - Espoir militant (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

HK, ex-Ministère des Affaires Populaires, revient pour un troisième album avec ses Saltimbanks, Rallumeurs d'étoiles, une ode à tous les anonymes qui, chacun de leur côté, rallument une étoile, maintiennent une lueur.

ILS ÉTEIGNENT LES ÉTOILES A COUPS DE CANON

Les étoiles mouraient dans ce beau ciel d'automne
Comme la mémoire s'éteint dans le cerveau
De ces pauvres vieillards qui tentent de se souvenir
Nous étions là mourant de la mort des étoiles
Et sur le front ténébreux aux livides lueurs
Nous ne savions plus que dire avec désespoir

ILS ONT MÊME ASSASSINÉ LES CONSTELLATIONS

Mais une grande voix venue d'un mégaphone
Dont le pavillon sortait
De je ne sais quel unanime poste de commandement
La voix du capitaine inconnu qui nous sauve toujours cria

IL EST GRAND TEMPS DE RALLUMER LES ÉTOILES

(Guillaume Appolinaire – Les mamelles de Tirésias)


DR.

 

Rallumer les étoiles, éveiller les consciences mais toujours avec douceur, toujours en musique, c'est ce nous proposent HK et ses Saltimbanks avec comme exemple parfait ce Sans haine sans armes et sans violence qui mêle accordéon, percussions et rythme lancinant pour mettre en valeur des textes gentiment engagés comme « nos vies n'ont plus aucun sens depuis que nos rêves sont indexés sur le prix de l'essence ». Certes vous me ferez remarquer qu'en question d'engagement et de dénonciation, ça ne va pas chercher bien loin. Dans la même veine, Fukushima mon amour évoque bien sûr la dernière catastrophe nucléaire en date dans une atmosphère à peine troublée par quelques sons de sirènes.

Mais HK ne va plus que ça dans la dénonciation et l'engagement et semble préférer se concentrer sur des aspects plus subtils mais toujours aussi signifiants comme sur Merci qui rappelle que la France pourrait penser à remercier de temps à autre les chibanis, ces travailleurs immigrés venus aider à reconstruire notre cher pays après la Seconde Guerre Mondiale. Même À nous d'jouer, rap autobiographique qui célèbre les 20 ans de musique d'HK, permet d'avancer quelques pions sur le monde tel qu'il est vu par le musicien. Finalement cette ode aux anonymes qui rallument des étoiles, des étincelles de vie et d'espoir est beaucoup plus intéressante que les chansons dites engagées classiques.

Évidemment HK et les Saltimbanks se fend aussi du passage obligé sur le tzigane du coin en mode La Rue Ketanou avec Le manouche du ghetto dont la musique ne déparerait pas sur En attendant la caravane ou Y'a des cigales dans la fourmilière. Mais heureusement le groupe sait aussi apporter un souffle d'originalité salvateur dans une chanson française/manouche en amenant quelques influences arabes (Sur la même longueur d'onde) et surtout maliennes sur Dounia, une chanson magnifiée par la voix et la guitare de Aboubacar Kouyaté. S'il ne fallait garder qu'une chanson de ce long album, ce serait cette mélopée triste évoquant à demi-mots la situation au Sahel.

Notre autre petit coup de cœur de Rallumeur d'étoiles est le titre éponyme dont le refrain chanté par un chœur d'enfants (apparemment les enfants du groupe) est une superbe douceur pour les oreilles mais aussi un espoir pour le futur laissant cette question finale : est-ce que seuls les enfants sont réellement capables de rallumer ces étoiles ?

Point fort : un album plein de couleurs et de lumière

Point faible : cède parfois à la facilité

La critique en 140 caractères : Il suffit d'un rien pour rallumer les étoiles. HK et les Saltimbanks y parviennent avec brio.

En écoute Sur la même longueur d'onde

HK et les saltimbanques – Rallumeurs d'étoiles

01. Sur la même longueur d'onde
02. Mister Juke avec DJ Boulaone
03. ¿ Para cuanda la vida ? Avec Leon Pena Casanova
04. Rallumeurs d'étoiles
05. Dounia avec Aboubacar Kouyaté
06. Sans haine sans armes et sans violence
07. Le manouche du ghetto
08. Merci
09. Ya pas d'problème
10. The olive branch
11. Si un jour je tombe
12. Je te dis non
13. À nous d'jouer
14. Un gars pas très fréquentable
15. Fukushima mon amour

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : White crocodile et Fragile, deux EPs, deux univers, deux réussites