8/10Herman Düne - Giant

/ Critique - écrit par juro, le 15/02/2007
Notre verdict : 8/10 - Herman est grand (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Pour t'accompagner partout avec toi, mets un disque d'Herman Düne dans ton lecteur. Ce théorème infaillible déjà applicable avec Mas Cambio se vérifie une fois de plus avec Giant. Le grand bazar lo-fi du précédent est oublié pour un
épurement quasiment total pour un retour au songwritting rempli de choeur et de guitare sur ses histoires délicieuses à se mettre en bouche. Sixties droit devant !

Le folk d'Herman Düne est jouissif. Elle possède cette simplicité inhérente à l'époque et ce bien-être léger qui sait toujours faire son petit bonhomme de chemin pour des balades avec une guitare en bandoulière. La fleur au fusil, le groupe nous délecte d'un véritable petit régal en utilisant sensiblement les mêmes recettes d'un titre à l'autre. Voix posée, choeur féminin, batterie deux temps, cuivres et percussions, légèreté à l'image de chansons de surfer. Giant s'impose comme un album que l'on se plait à écouter et découvrir chaque fois à nouveau un peu plus. En seize titres, Herman Düne s'ouvre à nous avec des textes subtils, quelques mots qui résonnent avec insistance entre les deux oreilles. Petites histoires, grosses histoires, histoire de nous faire comprendre que cette légèreté n'est qu'une manière de se diversifier et de toucher à des rythmes caribéens ou sud-américains (bossa) sans oublier d'autres influences plagistes (pop californienne).

Trompette à tout va pour une excellente intro sur I wish I could see you soon, flûte sur 1-2-3 / apple tree, percussions effleurant le papier de Bristol. La voix de David jouant sûrement parfois comme celle d'un Cat Stevens en moins perchée sur Nickel chrome. Pour illustrer la thématique du géant, le groupe crée trois titres
faisant appel à sa grandeur (Giant, Baby bigger, Mrs Bigger). S'entourant des Woo-woo et The Jon Natchez Bourbon Horns sur une grande partie des titres, le groupe montre une facette nouvelle de celle qu'il pouvait proposer jusqu'alors. Pour notre plus grand plaisir. La pépite de l'album se nomme Take him back to New York City et la combinaison de toutes ses données, magnifique moment de relâchement. La coolitude se dégageant des titres fait passer l'album comme une lettre à la poste.

Le booklet fouillis est le complément idéal pour se perdre dans ce bon Giant qui, s'il n'égale pas le meilleur album d'Herman Düne (Mas Cambio), parvient à trouver un écho sensible par son ton charmeur, soufflant comme une petite brise dans le paysage folk actuel. Un sympathique hommage aux sixties.


Herman Dune - Giant

01. I wish that I could see you soon
02. Nickel chrome
03. 1-2-3 / apple tree
04. Bristol
05. Pure hearts
06. No master
07. Take him back to New York City
08. Baby bigger
09. This summer
10. Your name / my game
11. By the light of the moon
12. When the water gets cold & freezes on the lake
13. Giant
14. I'd rather walk than run
15. Glory of old
16. Mrs Bigger

A découvrir
Muse - Showbiz
Muse - Showbiz
Blur - Best of
Blur - Best of
Maze - Some Noise
Maze - Some Noise