8/10Heligoland - Bethmale

/ Critique - écrit par nazonfly (), le 19/03/2012
Notre verdict : 8/10 - Court, trop court (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Janvier 2011 avait vu la sortie de All your ships are white un de ces albums qui charment à la première écoute et qu'on ne peut que savourer encore et encore tellement on est porté par la splendeur. Quelques mois plus tard, l'une des têtes pensantes de Heligoland, Dave Olliffe doublait la mise avec un nouveau projet Sealight toujours aussi beau. Le voilà désormais de retour avec un EP de Heligoland qui est bien évidement superbe.

Si la pochette de l'album est moins douce et éthérée que celles de All your ships are white et Dead letters, c'est sans doute pour tromper son monde. Car la
DR.
musique de Dave Olliffe, sous l'un ou l'autre de ses avatars, sait installer cette fameuse atmosphère qu'on recherche toujours à corps et à cris dans un album. Plus particulièrement ici cette ambiance est une infinie félicité angélique. La bio accompagnant l'EP nous parle ainsi de « la voix feutrée de Karen Vogt [qui] flotte au dessus des murmures de la nature au petit matin » : on ne saurait mieux décrire cette voix qui effectivement effleure nos tympans de la plus belle des manières. Qu'il s'agisse des drones synthétiques, de la guitare barytone ou encore de la basse, les instruments s'accordent à la perfection avec cette voix sublime. Rien n'accroche, rien ne heurte mais, au contraire, tout glisse autour de l'auditeur, l'enveloppant d'un manteau brumeux, d'un cocon doux et protecteur. En fermant les yeux, en se laissant aller avec la musique, on se trouve directement transporté sur l'herbe verte d'une clairière où chantent quelques oiseaux discrets (Swallows return), où coule sans doute un ruisseau qui rafraîchit l'air de mille gouttelettes étincelant aux premiers rayons de soleil de la journée.

Avec simplement cinq petits titres (mais 22 minutes), Heligoland parvient de nouveau à nous emmener sur des terres enchantées, féériques, elfiques, éthérées, vous avez compris l'idée. Il s'agit ici juste de laisser le temps au temps, de se poser et d'ouvrir grand les oreilles pour s'immerger dans l'univers vaporeux que le groupe tisse au fil des albums. Il ne nous reste donc plus qu'à attendre la sortie de Saint Anne prévue pour ce printemps !


Heligoland – Bethmale

01. Wandering wide awake
02. The road to alas
03. Swallows return
04. Castillon
05. July 14

A découvrir
Bruni (Carla) - Quelqu'un m'a dit
Bruni (Carla) - Quelqu'un m'a dit
Queens of the Stone Age - Songs for the Deaf
Queens of the Stone Age - Songs for the Deaf
Artsonic - Interview
Artsonic - Interview