7.5/10Guano Apes - Don't Give me Names

/ Critique - écrit par weirdkorn, le 26/09/2004
Notre verdict : 7.5/10 - Un bon petit nom (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Premier album des Guano Apes, Proud like a God avait agréablement surpris pas mal de monde avec ce côté ultra énergique et le bon niveau général de chaque chanson. Trois ans plus tard, le groupe sort Don't give me names et garde une petite bébête sur la pochette. Et Guano Apes ne conserve d'ailleurs pas que ça. Ce second album ressemble beaucoup au premier, le groupe utilisant à peu près les mêmes ingrédients que sur Proud like a God, à savoir ce rock fusion énergique et mélodique. Mais le résultat est un ton en dessous de ce que l'on pouvait attendre. Malgré une production de meilleure qualité, l'album souffre d'un manque de spontanéité et de hits qui font vraiment très mal.

Guano Apes applique vraiment ce qui marchait dans le premier et Don't give me names fait plus répétition que nouveauté. Cela dit, l'album pris pour modèle étant bon, ce second opus marche aussi. Mais on sent simplement que l'efficacité a été encore plus travaillée délaissant quelque peu le côté joyeux bordel qui faisait la force d'un titre comme Lord of the Boards.

On retrouve effectivement cela dès Innocent greed, titre qui ouvre l'album. C'est rock, à la fois mélodique et énervé mais le morceau a perdu en spontanéité par rapport à ce qui se faisait sur Proud like a God. Il n'empêche que ce titre est un des meilleurs de l'album. Money and Milk, I want it, Mine all mine, Living in a lie et Too close to leave sont autant de morceaux dans le même style, fort agréables mais loin d'être très originaux et d'avoir le truc pour les amener au stade supérieur. Le groupe calme parfois le rythme tout en gardant le gros son dans Heaven in your eyes et Anne-Claire, signant là de très bons morceaux, moins formatés que le reste de l'album. On retrouve justement à côté ce que les allemands avaient l'habitude de faire, de la fusion, mais on verra dans le prochain album qu'ils peuvent être meilleurs dans un autre registre. No speech est un single modèle, Dödel up est parfait pour jumper et Gogan est agressif à souhait, limite métal. Rajoutez à cela Big in Japan (une reprise d'Alphaville), une chanson ultra énergique et l'on a quand même un album qui s'écoute très agréablement.

Guano Apes déçoit quelque peu avec Don't give me names qui est en général un ton en dessous de leur premier album et trop dans le même style. Le rock fusion demande beaucoup de groove ainsi que d'énergie et cet album en manque quelque peu. Cela dit, quelques titres se démarquent et le niveau général est carrément bon, mais Guano Apes est tellement doué que l'on attend plus de leur part. Au finale, on se retrouve avec un album plus que sympathique genre mais qui aurait pu être encore meilleur.

A découvrir
Blink-182 - Enema of the State
Blink-182 - Enema of the State
Placebo - Placebo
Placebo - Placebo
Collins (Phil) - Face Value
Collins (Phil) - Face Value