8/10Grand Corps Malade - Enfant de la ville

/ Critique - écrit par nazonfly (), le 24/05/2008
Notre verdict : 8/10 - Bis répétita presque (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Enfant de la Ville sonne comme l'écho de Midi 20 sur un goudron parsemé d'instruments pour redonner vie à la chanson française.

L'une des grandes révélations de la chanson française en 2006 a certainement été Grand Corps Malade, célébré comme Artiste Révélation de l'Année aux Victoires de la Musique pour son album, Midi 20, lui aussi sacré révélation. Pas la peine de vous faire l'affront de vous présenter ce grand mec avec sa béquille et sa voix grave, qui a fait découvrir le slam au grand public. Deux ans après, Enfant de la Ville sort dans les bacs.

Un parfum d'hésitation qu'on appelle le crépuscule

Studio studieux
Studio studieux
A la première écoute, une constatation s'impose. Musicalement le slam de Grand Corps Malade s'est étoffé. La voix si particulière et tellement belle de l'artiste est la trame sur laquelle vient se poser une multitude d'instruments. S'il fallait les lister, on se rapprocherait d'un inventaire à la Prévert où le violon se mêlerait au violoncelle, où le trombonne s'accrocherait aux cors anglais et où le piano danserait lentement avec l'accordéon. L'exploration de ces différentes voies musicales permettent de donner une couleur particulière à chaque morceau. Un rap sur Underground, un rythme légèrement jazzy sur Comme une évidence, une chanson de guinguettes sur J'écris à l'oral, et jusqu'à rappeler Abd El Malik, autre grand poète du slam, sur A la recherche (avec Oxmo Puccino et Kery James). Pourtant, il manque quelque chose à Enfant de la Ville, non pas une âme car elle transpire de tous les pores de cet album, mais en fait un peu de beauté, celle de Toucher l'Instant sur Midi 20.

J'ai le souvenir tenace et la mémoire tonique

Slam dunk
Slam dunk
La comparaison avec Midi 20 est d'ailleurs assez étonnante puisqu'il est assez facile de faire des ponts entre les deux albums, le deuxième semblant être, si ce n'est une copie, du moins un écho du premier. Dans les deux albums, il y a une chanson « live » sans l'aide d'aucun instrument : L'Appartement remplace Ma tête, mon Coeur et mes Couilles. Je viens de là, message d'amour sur sa banlieue, n'est pas sans rappeler Saint Denis, sur laquelle Grand Corps Malade nous racontait sa ville. L'amour des Voyages en Train s'est apparemment concrétisé dans sa vie par Comme une Evidence. Si Le Jour se Lève alors que l'artiste ne connaissait pas Paris le matin dans Midi 20, c'est La Nuit qui est à l'affiche aujourd'hui. Certes la critique est facile et l'art beaucoup moins, et c'est un peu faire la fine bouche que de ne voir dans Enfant de la Ville qu'une redite. Puisqu'à part Pères et Mères, longue modulation sur le thème des pères et des mères, et Le Blues de l'Instituteur, critique facile d'un peu tout ce qui ne va pas dans ce bas monde, ma brave dame (Pourquoi tant d'injustices, de souffrances et de malheurs ?), le nouvel album est un bon album aux textes ciselés.

J'ai de l'encre plein la bouche

Fabien est content
Fabien est content
Mais la véritable force de Grand Corps Malade réside surtout dans sa capacité à faire passer ses émotions dans ces chansons. L'auditeur est à côté de lui quand il écrit La Nuit au clair de lune. L'auditeur devient un Enfant de la Ville et de la banlieue de Saint Denis. Il sourit avec l'artiste qui, ironique, nous assure qu'il n'a rien changé à ses habitudes sur le très second degré Underground (qui fait écho à Je reste underground de I AM). Et comment passer sous silence, la chanson qui clôt l'album, Du Côté Chance, retour sur le succès, sur le public et les gens qui accompagnent le slameur en tournée. Sans doute le meilleur titre de l'album, celui qu'on écoute avec le sourire aux lèvres, tant Grand Corps Malade met son coeur dedans.

 

« Voir un public se lever, on n'en prend jamais l'habitude. Alors merci pour votre écoute et vos applaudissements. »

 

Grand Corps Malade - Enfant de la ville

01. Mental
02. Je viens de là
03. Comme une évidence
04. 4 saisons
05. Pères et mères
06. A la recherche
07. Le Blues de l'instituteur
08. Rétroviseur
09. J'écris à l'oral
10. Enfant de la ville
11. La nuit
12. J'ai pas les mots
13. Avec eux
14. Underground
15. L'appartement
16. Du côté chance

A découvrir
Java - Hawaï
Java - Hawaï
Pink - Missundaztood
Pink - Missundaztood
Lesly - Pas celle que tu crois
Lesly - Pas celle que tu crois