7/10Gojira - The Way of all Flesh

/ Critique - écrit par knackimax, le 14/01/2009
Notre verdict : 7/10 - Go j'irai (les voir en concert) (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - 7 réactions

Expression extrêmiste des maux de la planète sur font de métal parfois symphonique mais souvent libre, on se laisse aller à obtenir l'amusement de nos sens pris par surprise par ce tourbillon d'énergie étrangement positive dans une noirceur quasi absolue.

Gojira est un groupe d'extrême métal originaire de Bayonne. The way of all flesh est leur quatrième album. Si ces quatre jeunes hommes de la frontière basque font de leurs dix années d'expérience en tant que groupe un très grand tremplin sur cette scène basée underground qu'est le métal hardcore, ils ne s'en veulent pas moins être de grands environnementalistes attachés aux valeurs d'une terre qu'il aiment profondément. Ce message, il semblerait, se trouve au milieu de leur musique comme point central d'un phrasé musical envoutant et rêveur... 

Il faut avouer que malgré les cris chaleureux du chanteur, les paroles sont bel et bien là, écorchées au milieu de toutes ces notes asymétriques et des nombreux accords imparfaits qui se jettent pêle-mêle dans la forêt de leur maux. La vie et  la mort ainsi que l'environnement et la planète se repèrent comme thèmes principaux une nouvelle fois et ce dans une cacophonie bien organisée et au final agréable par sa déconstruction si maitrisée. Les phrases musicales s'enchainent généreusement par à coups et notre quatuor diabolisant se laisse aller dans tous les excès y compris celui farfelu de parfois ralentir le rythme. Il est d'ailleurs assez étonnant de se retrouver aussi facilement dans ce style inclassable car riche et divers à souhait. On a d'un coup envie de suivre le groupe dans son délire sonore en agitant la tête et les bras, puis on se rends compte que tout seul dans son salon l'effet sera probablement raté. Et puis un pogo tout seul ce serait vraiment dommage.

Effectivement c'est de prime abord un peu fouillis mais l'énergie dégagée et les surprises incessantes qui se glissent à l'oreille de l'amateur averti sont très contrastées comme l'instaurait déjà leur premier clip Love dans un registre tout aussi inspiré de liberté que de lumières teintées et en parfaite adéquation avec leur musique. De plus, les mélodies un peu plus classiques prouvent cette efficacité brute dans les maigres interstices qu'elles permettent entre deux rythmes tout droit issus des plus élémentaires partitions métaleuses de la décennie. Mais, et c'est probablement là où on entrevoie un bémol comme souvent dans le registre criard, Gojira trouve son identité en restant  toutefois versé dans une nostalgie omniprésente de tous ces groupes dégoulinant de bonne volonté et de notes à profusion, groupes malheureusement oubliés dans nos petites têtes d'ados.

Au final le voyage reste très agréable et on se laisse aller à écouter la lancinante infraction au bon sens du mauvais goût qu'on nous propose gentillement aux oreilles. Et de ces sensations se dégagent un sens de l'exquis tout particulièrement déplacé et imagé, un délire juvénile exprimé avec vertu et pseudo décadence, un bon trip rythmique dans une forêt de sons illuminés et bruts.

Gojira - The way of all flesh

01. Oroborus
02. Toxic Garbage Island
03. A sight to Behold
04. Yama's Messengers
05. The Silver Cord
06. All the Tears
07. Adoration for None
08. The Art of Dying
09. Esoteric Surgery
10. Vacuity
11. Wolf Down the Earth
12. The Way of All Flesh

A découvrir
Miossec
Miossec
Blur - Best of
Blur - Best of
Watcha - Mutant
Watcha - Mutant