7/10George (Inara) - All Rise

/ Critique - écrit par juro, le 17/05/2006
Notre verdict : 7/10 - All right (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Grandir dans un environnement familial artistique était la meilleure surprise qui pouvait arriver à Inara George, fille du guitariste émérite Lowell George. De père en fille, le flambeau semble s'être transmis car si le rejeton a emprunté le même chemin, elle s'est tournée vers une tendance pop et folk plutôt que vers le rock. Bien entourée sur ce premier album par des musiciens expérimentés, la jeune
femme nous fait découvrir une créativité instrumentale intéressante même avec une voix pleine de grâce. All rise est ce premier album qui a conquis l'oreille de Nada Surf qui l'a emmené dans ses bagages pour leur tournée européenne. Et d'après les échos, la petite demoiselle livre des performances remarquables, il va sans dire que le disque n'en présente qu'une facette...

Guitare au poing, point à la ligne, ligne de conduite, conduite pleine d'entrain, en train ou à pied, pied de nez, nez à nez... voici tout un lot d'ambiance dégagé au travers de l'album d'Inara George. Avec l'intimisme d'une guitare acoustique ou accompagné par des aînés ayant fait leur classe aux côtés de valeurs reconnues (Ben Harper, Cake, Beck...), la « fille de ...» tire rapidement son épingle du jeu par un grain de voix chaleureux, enrobant de suavité des textes malicieux dans lesquels se mêlent pensées et vie intime. Puisant son inspiration parmi des artistes aussi riches que Nick Drake ou Leonard Cohen, la culture musicale d'Inara George prend rapidement le chemin du renouveau folk américain, sans se complaindre dans le rôle d'une douce Devendra Banhart moins timbrée. Imposant son style simple dans lequel la fantaisie prend parfois place, l'univers d'Inara George se déguste sans en perdre une miette même si certains pêchés de jeunesse peuvent laisser dubitatif.

Pénétrant dans la chair par les caresses vocales dégagées par Mistress, l'interprète évolue dans un style de douceur, de fantaisie artistique. En dépit de
toute la finesse de la voix d'Inara George, les ressemblances ne manquent pas et la jeune femme tombe parfois dans la parodie (What a number). La guitare acoustique laisse échapper une pop mêlé de folk agréable sur des titres lents (Fools work, No poem, Fools in love, Pull things) ou incisifs (Genius, Good to me). Promenant son chagrin et ses joies au travers de titres pleins de malice, elle parvient à convaincre sans peine de son talent de songwritter car ce sont les titres exclusivement écrits par elle-même qui ressortent de la masse. Une mention spéciale est à accorder à Turn on/off et Everybody knows, flirtant avec des guitares électriques bonnes à croquer.

Inara George possède maintes qualités, un petit joyau à l'état brut qui se disperse tout de même un peu trop pour réussir à charmer totalement. Si certains titres restent longtemps en tête, d'autres demeurent relativement passables ou moyens. Néanmoins, on serait tenter de croire la rumeur lui montrant une façade encore plus angélique sur scène. All rise lance Inara George dans le grand bain, la suite ne pourra qu'aller en progressant...


Inara George - All rise

01. Mistress
02. Fools work
03. Genius
04. No poem
05. What a number
06. Fools in love
07. Good to me
08. Pull things
09. Turn on/off
10. A day
11. Everybody knows

A découvrir
Queens of the Stone Age - Songs for the Deaf
Queens of the Stone Age - Songs for the Deaf
Up and Down, l'hymne des lofteurs
Up and Down, l'hymne des lofteurs
Buckley (Jeff) - Live à l'Olympia
Buckley (Jeff) - Live à l'Olympia