Gaëlle + Patrice Mercier - Concert à l'Etage

/ Compte-rendu de concert - écrit par juro, le 27/02/2007

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - 1 réaction

Une soirée du dixième arrondissement dans un bar sympathique. L'Etage accueille ce soir Gaëlle pour une prestation en compagnie de Patrice Mercier. Dans une ambiance lounge qui aurait tout l'air d'un concert privé avec un public clairsemé, connaissant visiblement déjà l'artiste et prêt à s'enthousiasmer sur ses titres fantaisistes et tendres. Et ce tout petit show s'avère tout à fait intéressant...

En première partie, Patrice Mercier s'inscrit totalement dans cette lignée fantaisiste avec des textes explorant des moments tendres de son enfance, chargés de l'émotion d'un ami disparu ou véritablement partant en vrille au quart de tour pour un gigantesque délire. De ce délire, il se montre l'acteur principal en rendant le texte vivant par une gestuelle un peu folle, dégingandée. Au milieu de son combo clavier / guitare, l'interprète aux faux airs de Francis Lalanne en fait des tonnes. Beaucoup trop. Son jeu de scène gagnerait sans doute à être épuré de quelques chorégraphies pas vraiment utiles en dépit de la bonne humeur dégagée. Une prestation perfectible qui ne demande qu'à gagner en expérience en répétant les scènes... Son duo avec l'affiche de la soirée restera sans doute le moment-clé de cette mise en bouche qui servait à lancer Gaëlle sur de bons rails.


Et sur ces rails, elle prit le bon embranchement avec un premier arrêt sur Echec en maths. Toute sa bonhomie rejaillit à travers ses sourires et regards malicieux et son interprétation toute en finesse. La justesse de la voix sur un rythme minimaliste (une guitare) est diaboliquement ressemblante à celle de l'album. Forte de ce premier titre superbement écrit, elle inscrit immédiatement une touche émotionnelle avec le tout petit Saska ou le rigolo La vioque. Son jeu de scène se montre lui aussi minimaliste, plantée derrière son micro les bras le long du corps à gigoter comme une chipie charmeuse et se pose en contraire total avec celui de Patrice Mercier. Décochant de bons rires avec ANPE, la prestation est réussie. Simple, sobre et au plus près du public.

Le public demandait un prolongement. Un rappel et deux titres plus tard, Gaëlle se plaisait à rencontrer le public, discuter avec des amateurs conquis. Un concert qui en appelle d'autres dans des salles plus importantes à condition de rendre encore plus vivantes cette prestation déjà composé de beaux textes.

Je remercie Gaëlle pour son invitation et sa gentillesse et Marie T. pour ses talents de photographe.

A découvrir
Maximum Kouette (Le) - Moi j'aime ça !
Maximum Kouette (Le) - Moi j'aime ça !
Renaud - Boucan d'enfer
Renaud - Boucan d'enfer
M - Le Baptême
M - Le Baptême