5/10Les Frères Casquette, du hip-hop pour jeune public

/ Critique - écrit par nazonfly (), le 22/01/2014
Notre verdict : 5/10 - Fous ta cagoule (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Keuwa ? Du hip-hop pour jeune public ? Quelle idée saugrenue ? C'est pourtant celle des Frères Casquette. Chronique.

Me v'là beau tiens. Critiquer un album de hip-hop. Orienté jeune public qui plus est. C'est sans doute un exercice pour le moins difficile. La faute surtout à des paroles parfois un peu étonnantes pour ne pas dire franchement naïves même s'il nous faut tout de suite préciser que Les Frères Casquette tentent aussi de faire passer un vrai message. Nous voilà donc à distribuer les bons et les mauvais points comme du temps de notre enfance. Tant pis, il est trop tard, engageons-nous.

Avant 2015

Dans les mauvais points, nous rangerons avec certitude Avant et 2015 pour deux raisons complètement
DR. Booba l'ourson
différentes. 2015 serait à remiser dans les chanson naïves, rayon considérations écologiques. Dans ce titre Les Frères Casquette nous dressent en effet un portrait peu flatteur de l'année 2050 où il y a « trop de voitures sur les routes », où « il n'y a presque plus de nature » et ou par contre on trouve « des forêts de poubelle », « des mers de produits chimiques » et « des nuages violets ». Oui ce sont bien des citations du morceau qui se vautre dans une certaine facilité tout comme la solution envisagée : « changeons l'avenir en agissant à présent ». Youpi. Voilà. Hum. C'est tout. Mais ce n'est rien par rapport à Avant qui se charge de rappeler à nos chères têtes blondes comment c'était « avant ». Et là on ne peut échapper aux clichés d'un passé repeint en rose qui fait qu'avant les « gens se parlaient pour de vrai », qu'ils « lisaient des livres » (pour avoir vécu cet avant, je peux certifier que la lecture était loin d'être le sport le plus partagé), ni non plus aux éternels Minitel, Tatoo et consorts, tous ces trucs qui feraient apparemment « halluciner » les jeunes générations. Bref c'est ce que j'appellerais vraiment une chanson à la con.

Soleil noir, c'est le monde à l'envers

Heureusement d'autres titres savent tirer leur épingle du jeu. Comme Tom le Rom qui fait clairement passer un
DR. C'est sûr que c'est pas du rap à biatch
message de tolérance entre les peuples et, plus particulièrement ici, envers les Roms. Les Frères Casquette, abordant un problème important, délaissent sur ce morceau le hip-hop pour une côté chanson qui sied largement mieux à la thématique. Qu'on se le dise, le message de tolérance passe par la chanson ! À l'inverse, Le monde à l'envers serait un bel exemple de ce que peut faire le groupe en terme de musique et surtout d'écriture, celle-ci étant teintée d'un humour léger qui passe résolument bien même si le morceau n'a rien d'exaltant. Au contraire de Soleil noir qui est sans aucun doute le meilleur titre de l'album avec sa musique sombre et rampante et ses paroles faisant la part belle aux monstres, aux extra-terrestres et à une frayeur qui semble se tapir dans l'obscurité. Quand la musique et les paroles se rencontrent avec autant de justesse, on ne peut qui s'incliner et applaudir à tout rompre.

Si le projet des Frères Casquette semble être taillé pour la scène et notamment pour la rencontre avec leur jeune public, l'album correspondant au spectacle nous paraît tout juste moyen avec quelques belles réussites mais des horreurs plus que dispensables. On reste cependant curieux de savoir ce qu'ils peuvent donner en concert !

Point fort : un vrai sens hip-hop

Point faible : des paroles parfois trop légères

Écouter et voir : Le monde à l'envers

Les Frères Casquette – Le monde à l'envers

01. Comme dans un dessin animé
02. Le monde à l'envers
03. Avant
04. 2015
05. Soleil noir
06. Pourquoi comment ?
07. Tom le Rom
08. Pique-nique à la campagne

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : White crocodile et Fragile, deux EPs, deux univers, deux réussites