9/10Freedom for King Kong - Concerts en Ile de France

/ Critique - écrit par Loic, le 13/06/2006
Notre verdict : 9/10 - Concert à la Maroquinerie (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 5 minute(s) - laisser un commentaire

Freedom for King Kong - Concerts en Ile de France

La semaine du 22 au 28 mai derniers ne fut pas uniquement marqué par le long week-end de l'ascension, mais surtout par 3 concerts en région parisienne des bretons de Freedom for King Kong, le 23 à Paris même, à la Maroquinerie, le 26 à Massy, et le 27 à Maurepas, au Café de la plage. L'équipe de Krinein Musique était présente pour le premier et le dernier de ces concerts ; récit croisé :

Premières parties :

Avec deux groupes, la date parisienne était la plus alléchante en matière de première partie, avec Alias et Maczde Carpate, alors que la « petite date » de Maurepas ne comprenait que Men Overboard en amuse-bouche. Mais qui dit deux premières parties, dit début de concert à 19H, bien trop tôt pour que les pauvres banlieusards que nous sommes arrivent à l'heure. Nous avons donc raté Alias.

Heureusement, nous n'avons pas manqué la prestation des Maczde Carpate. Comme nous l'a annoncé Bring's, chanteur de FFKK lors de l'interview qu'il nous a accordé à Maurepas, "Maczde Carpate ce n'était pas vraiment une première partie, on faisait plutôt un plateau en commun, car Maczde Carpate est un groupe comme nous, avec la même exposition. En plus, c'est un groupe d'une très grande qualité musicale, il n'y en a pas beaucoup des groupes aussi bons en France. Et ce n'est pas parce qu'on jouait après eux qu'ils étaient notre première partie, on jouait après eux parce que notre musique est un peu plus péchue, c'est tout". Et Bring's a tout à fait raison, leur musique est exceptionnelle, et rien qu'avec la découverte de ce groupe grenoblois, la soirée fut réussie. Les membres du groupe débarquent sur scène torse nu et commencent à jouer une chanson plutôt calme, sans chant, mais avec une trompette. Ils arrivent tout de suite à installer une ambiance particulière dans la salle. Lors du deuxième morceau, le groupe se métamorphose, et "balance du lourd" (copyright Rock one). Et oui, leur musique est toute en nuances, alternant passages atmosphériques avec d'autres beaucoup plus rock, et le résultat est absolument détonnant, et donne envie de découvrir ce que valent vraiment les morceaux sur CD. En tout cas, en live, le groupe assure vraiment : Le chanteur torse nu se trémousse, et on pense immédiatement à Nosfell, avec peut être un peu plus de retenue. Et la communication avec le public en moins également, l'exubérance de Nosfell étant remplacée par un semblant de timidité. La première grosse claque de la soirée !


A côté de ce groupe flamboyant, la première partie du concert de Maurepas faisait plutôt pale figure. Mais ne soyons pas mauvaise langue, et comparons ce qui est comparable. Maczde Carpate à 2 (et bientôt 3) albums à son actif, et possède une grande renommée de niveau régional, voir même national, alors que Men Overboard est un tout jeune groupe débutant. Et en tant que tel, on ne peux que les applaudir. Le groupe ne se prenait pas au sérieux, avait une bonne présence scénique et interagissait souvent avec le public (qui était certes dispersé, et composé principalement de leurs amis et famille). Et niveau musical, ils n'ont absolument pas à rougir non plus, ils jouent bien, et leurs compos originales sont de bonne facture, dans un style que l'on pourrait comparer à Tool : rock plutôt heavy, avec de longues intros et interludes.

Libérons King Kong...


Jusqu'à la fin des premières parties, les deux concert n'avaient pas grand chose à voir l'un avec l'autre. Mais dès que les groupes d'ouverture quittent la scène, Always Outnumbered, Never Outgunned de Prodigy raisonnent pendant le changement de plateau, puis les lumières s'éteignent et le groupe monte sur scène et commence Acolytes Anonymes. C'est dans la salle que réside la différence majeure en ce début de concert. Alors qu'à la Maroquinerie, la salle est comble, que les pogos commence et que les premiers rangs se bousculent, le Café de la plage est loin d'être complet, et le public, bien que remuant, semble plus timide et hésite à occuper les premiers rangs. Mais sur scène, que ce soit dans la salle parisienne, comme la petite salle à moitié vide de banlieue, le groupe se donne à 100%, et ne trahit pas sa réputation de groupe scénique. Le groupe communique bien avec le public, qui répond bien évidement plus présent lors du concert intra-muros, mais le groupe ne désespère pas non plus à Maurepas, en multipliant les exhortations, qui finiront par payer, notamment sur le génialissime Sodocratie, où le public reprend le refrain en coeur, et le Syndrome de Peter Pan, où le chanteur invite les spectateurs à retomber en enfance. L'accent est majoritairement mis sur les deux derniers albums, surtout lors du concert de Paris, plus court de quelques chansons. Il y aura néanmoins quelques excursions dans le passé, avec notamment les Etiquettes et 100%, issus de Primate Diplomate, et Babylone, de Citoyens du Monde. On regrettera l'absence de morceaux comme Déo Miso, Mauvais Zélé Ment, ou encore les Pensers, mais comme le disait Bring's en interview, "C'est très dur de choisir la set list, quels morceaux on va jouer. Avec 4 albums, on a le choix, et on pourrait par exemple privilégier tel album par rapport à tel autre. En plus, quand tu es en actualité comme ca, on a tendance à mettre le dernier en avant, mais c'est pas ce qu'on fait. On s'est dit que FFKK c'est 10 ans, et on essaye de montrer l'évolution du groupe, depuis ses débuts".


A noter la présence à la maroquinerie des membres du groupe Absolute, dont l'un des chanteurs, Georges, réussira à se faufiler sur scène avant de slamer dans la foule, ouvrant la voie à de nombreux autres slams, chose impossible à faire à Maurepas à cause de la faible densité du public (et pourtant, comme dirait un duo de comiques, « il y en a qui ont essayé, ils ont eu des problèmes »...). Pour les deux concerts, le groupe quitte la scène sur Phénomène, mais revient pour un rappel, qui ne durera que le temps de Marche ou Rêve à la Maroquinerie, mais se prolongera par d'agréables surprises au Café de la plage, par deux titres peu connus, King Kong five, reprise de la Mano Negra et Faux Problèmes, titre extrait de leur premier EP, avant de finir en apothéose, comme à la Maroquinerie, par Marche ou Rêve.


Au final, ces deux concerts avaient beau être du même groupe, dans la même région, et à seulement 4 jours d'intervalle, ils n'avaient pas tant de chose en commun. Certes, le groupe donnait la même énergie et jouait aussi bien, mais l'environnement était complètement différent. Que ce soit les premières parties (avec les fantastiques Maczde Carpate), ou l'ambiance survoltée dans la salle, qui donnait un avantage au concert de la Maroquinerie, ou le côté plus intimiste, et la setlist rallongée (avec deux chansons peu connues), qui donnent des points au concert du Café de la plage, ça confirme ce que chaque artiste de scène vous dira : « chaque concert est unique ».

Set-list (concert au café de la plage):

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A découvrir
La Ruda Salska
La Ruda Salska
Mano Negra (La) et Manu Chao
Mano Negra (La) et Manu Chao
MuDvAyNe - The End of All Things to Come
MuDvAyNe - The End of All Things to Come