Felipecha - Interview du 6 octobre 2008 (1ère partie)

/ Interview - écrit par wqw..., le 08/10/2008

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - 7 réactions

Deux interviews automatiques, portraits croisés d’un duo sensible qui de fil en aiguille et en ballades tranquilles s’installe dans votre quotidien. Felipe côté pile.

IN­TER­VIEW AU­TO­MA­TIQUE
de Felipe de Felipecha

Felipe de Felipecha
Felipe et UN chat
01. Quelle est cette dernière œuvre ?
Tout sauf la dernière !

02. Comment en êtes-vous venus à bout ?
Ça a pris beaucoup de temps, on est passé par le nord, y’avait des embouteillages, alors on a appelé « S.O.S Manu », recommandé dans les pages jaunes. Filipe avec une contrebasse et Franck avec une batterie ont dégagé la route, y’avait plus une feuille. Toute cette coordination fut possible parce que Laetitia faisait office de « centrale téléphonique ». On est rentré At(h)ome pour préparer le concert, c’était plein. Bill a dégagé le terrain. A la fin on est monté sur scène, et le public eurent beaucoup d’enfants.

03. Quel est le cadre idéal pour en profiter pleinement ?
Le cadre supérieur, comme le bordeaux

Les mains de Felipe sans Cha
Les mains de Felipe sans Cha
04. Que pourrait-on encore en dire ?
 « On te souhaite une longue et belle route. »
Ou alors « merde »

05. Pouvez-vous nous raconter une journée créative ?
07h00 : réveil
08h00 : écriture de deux titres
10h00 : répétition
10h00 : quelles belles chansons
14h00 : au studio son
15h00 : signature label
17h00 : sortie album
18h00 : ça balance
20h30 : sur scène
22h00 : consécration
00h00 : cocktail
02h00 : on prend l’avion

L'outil de création de Felipe
L'outil de création de Felipe
06. Quel est le dernier cadeau que vous avez fait  ?
L’album de Daphné

07. Pourquoi verseriez-vous des larmes ?
Pour déglacer un oignon

08. Il y a des gens que vous aimez dans ce métier ?
Oui

09. Pouvez-vous nous parler d’un endroit où vous vous sentez bien ?
Dans les endroits ouverts, avec un horizon, une perspective, ou l’imagination et les idées ne se cloisonnent pas, par exemple, une terrasse à paris, les plages du nord, le sud de l’atlas, ou alors le petit nid, genre cocon, utérus, hamac en forêt amazonienne, le lit, l’intérieur d’une 205 quand il y a un orage, une cave quand la terre tremble…

A découvrir
La Ruda Salska
La Ruda Salska
Noir Désir - Des visages des figures
Noir Désir - Des visages des figures
Bruni (Carla) - Quelqu'un m'a dit
Bruni (Carla) - Quelqu'un m'a dit