8/10Les Fatals Picards - Pamplemousse mécanique

/ Critique - écrit par juro, le 27/02/2007
Notre verdict : 8/10 - 2007 : L'odysée des Picards (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 14 réactions

Clin d'oeil poussé au film de Kubrick avec le titre de ce nouvel album des Fatals Picards. Les punks fous « fu-rieurs » débloquent complètement une fois de plus dans ce quatrième album. Pamplemousse Mécanique pousse la gaudriole encore plus loin que ne le faisaient des titres comme Goldorak est mort en tapant sur tout le monde avec des textes hilarants et quelques approches d'autres thèmes assez intéressants. Les probables futurs candidats français de l'Eurovision 2007
carburent à plein tube sur ce nouvel album.

Les guitares énervées des punks se calment peut-être un peu plus et se diversifient dans des autres domaines tout en gardant leur ton unique. S'ils se rapprochent des Suprêmes Dindes dans l'esprit, la musicalité est bien plus élaborée et ne s'arrête pas à deux riffs de guitare et des intonations rigolotes avec des sonorités caribéen. Si les mélodies sont simples, les textes explorent le rire sous toutes ces formes. Les Fatals Picards singe le reggae en conspuant les musiciens pathétiques (Djembé man), riant du gothique (Cure toujours), ridiculisant les solitaires dépressifs (Seul et célibataire), formation en 4-4-2 pour les tyrans (Les dicateurs) ou joyeux n'importe quoi sur un rock en espagnol (Comandante). Le texte sur Bernard Lavilliers est hilarant du début à la fin et lance l'album sur les chapeaux de roue mais il n'est que le début d'une longue série avec des parodies de Zebda (Monter le pantalon), Partenaire Particulier (Partenaire particulier). Le name dropping permanent à travers les titres sert à merveille des comparaisons avec des personnalités allant de Philippe de Villiers à Anaïs.

Mais même lorsqu'ils oublient le rire chaleureux pour le rire à froid sur Au mariage de Kévin et de ma soeur ou Française des jeux ou une nostalgie certainement pas
si imaginaire qu'il n'y paraît sur Mon père était tellement de gauche. On rit, on se poile, on aime à se repasser le disque sans arrêt, les picards ont atteint leur but. Le délire se finit en beauté sur un dernier titre interminable où Dark Vador se retrouve à commander des chouquettes ou chanter, On se demandait (où sont les pistes introuvables) est une expérience à vivre !

Les Fatals Picards, groupe de scène par excellence, ne peut pas vous échapper cette année. Et même s'ils seront les représentants français avec un titre qui ne remportera pas plus de points que les années précédentes au concours européen de la chanson, cela promet un moment de rigolade dans l'incongru le plus total...


Les Fatals Picards - Pamplemousse mécanique

01. Bernard Lavilliers
02. La sécurité de l'emploi
03. Mon père était tellement de gauche
04. Djembé man
05. Seul et célibataire
06. Au mariage de Kevin et de ma soeur
07. Les dictateurs
08. Moi je vis chez Amélie Poulain
09. Commandante
10. Monter le pantalon
11. Cure toujours
12. Je viens d'ici
13. Partenaire particulier
14. Française des jeux
15. Et puis merde, je vote à droite !
16. On se demandait (où sont les pistes introuvables ?)

A découvrir
Ludwig von 88 - Houlala 2 : la mission
Ludwig von 88 - Houlala 2 : la mission
Pleymo - Episode 2 : Medecine Cake
Pleymo - Episode 2 : Medecine Cake
Cradle of filth
Cradle of filth