10/10Equus - Eutheria

/ Critique - écrit par wqw..., le 18/05/2008
Notre verdict : 10/10 - Plaisir épi(dermi)que ! (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Les ambiances,  riches et mélancoliques, s’y écoulent en douceur, prenant le temps de parler à nos sens en plein trouble. Des émotions à fleurs de peau...

Attention ceci est sans doute l’un des albums les plus excitants de ce début d’année. Excitant n’est d’ailleurs sans doute pas le terme le plus adéquat. Mais il s’agit bien là de plaisir, de plaisir intense, de frissons dans l’épine dorsale.


S’il s’agit là de leur premier opus, ces genevois ne sont pas des inconnus, chacun ayant fait ses armes dans de nombreuses formations suisses comme Impure Wilhelmina, Brakhage, Chapter, etc. Après une conception savamment pe(n)sée (rien n’est le fruit du hasard), ils s’enferment à l’été 2007 en studio en compagnie de TVO (Knut, Nostromo, Brazen…), puis font masteriser le résultat à Chicago par Bob Weston, basiste de Shellac accouchant ainsi d’Eutheria.

En trois longs instrumentaux de quinze, vingt et trente minutes, ils dévoilent un univers fort, hanté par le souvenir bienveillant du post-rock, le fantôme du rock progressif dans son sens le plus noble, bien avant que celui-ci ne dérive dans des excès de démonstrations stériles. Continuant cette remontée dans le temps des genres et des références, après les 90’s et les 80’s, on voit ici et là poindre certains psychédélismes du rock instrumental des 70’s voir le minimalisme de la fin des années 1960.


Sans l’évoquer clairement (la musique instrumentale peut se passer de ce genre de considération), Equus inscrit malgré tout cet album dans une réflexion sur les rapports entre l’homme et la nature ; une relation aussi bien exceptionnelle que tragique et pathétique.

De cette préoccupation, de ces explorations, résulte une musique tentaculaire, jamais démonstrative mais regorgeant d’images et de trésors. Les ambiances,  riches et mélancoliques, s’y écoulent en douceur, prenant le temps de parler à nos sens en plein trouble. Des émotions à fleurs de peau qui évoluent au gré des variations de structure et qui nous laissent abasourdis à la sortie de son écoute, comme émergeant d’un brumeux enivrement. Un album rare et précieux… très précieux !

 

Equus - Eutheria
1. Hyracotherium
2. Orrorin Tugenensis
3. Epona

A découvrir
Armstrong (Craig) - As if to nothing
Armstrong (Craig) - As if to nothing
Artsonic - Interview
Artsonic - Interview
Watcha - Mutant
Watcha - Mutant