7.5/10El comunero - Sigue luchando

/ Critique - écrit par nazonfly (), le 10/10/2012
Notre verdict : 7.5/10 - Clasico (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Camarade Krinaute, tu aimes défiler dans les rues, le bras levé dans l'espoir d'une prochaine révolution ? Tu as voté pour le Front de Gauche aux dernières élections, ou alors encore plus à gauche ? Tu aimes te rendre à la Fête de l'Huma ? Alors Sigue luchando est pour toi. Des chanteurs et musiciens de Les hurlements de Léo, L'air de rien, Elektric geisha et Anakronic electro orkestra se sont réunis pour faire revivre les chants de lutte de la République espagnole avec un timing parfait en ces temps de printemps arabe, de crise, de luttes en Grèce, de mouvements des indignés en Espagne et autres Occupy machin-truc.

Jeunesses républicaines

Étant donné que je ne pige rien en espagnol, je ne dirais rien sur les paroles El comunero - Sigue luchando
Il fallait bien un T-shirt rouge !
même si le livret les contient toutes et que, il est important de le signaler, il y a une explication pour chaque chant présent. Par exemple, on apprend que Cancion del frente unido a été « écrite par Bertold Brecht [..] en soutien au Front Populaire Espagnol » ou que Alerta est le « chant d'une organisation pré-militaire des jeunesses républicaines ». Chaque chant véhicule ainsi toute une histoire qu'on aimerait pouvoir étudier plus avant, ce qui dépasserait sans doute le spectre de cette modeste critique.

Chanson-rock évidemment

Il ne faut attendre aucune surprise du côté de la musique : Sigue luchando valse El comunero - Sigue luchando
Un big band révolutionnaire ?
entre de la chanson franco-espagnole et un peu de rock. L'atmosphère peut donc être très sombre comme sur El paso del ebro qui voit la collaboration de Denis Barthe et Jean-Paul Roy, deux ex-Noir désir, a-t-on besoin de le préciser  ?, ainsi que de Frank Marty qui a officié avec Olivia Ruiz. Ou au contraire plus marquée latino comme Canto nocturno en las trincheras, plutôt dansante avec un poil de tristesse dans l'air histoire de coller avec le thème du morceau (le départ des milices à la tombée de la nuit). On y trouve même une berceuse des Caraïbes, Duerme negrito qui cache derrière son rythme enjoué et gentillet une dénonciation de l'esclavagisme.

 

Le projet de se replonger dans des chansons révolutionnaires et républicaines est doublement intéressant : d'abord d'un point de vue musical, ensuite d'un point de vue de l'actualité troublée de ces derniers temps. Et puis franchement les chants de lutte parvienne toujours à éveiller en nous des sentiments rebelles et contestataires.

En écoute El tren blindao

El comunero – Sigue luchando

01. Los solidarios
02. Canción del frente unido
03. El paso del ebro (ay carmela)
04. Sus ojos
05. ¿Qué séra ?
06. Canto nocturno en las trincheras
07. ¡Alerta !
08. L'estaca
09. La quince bregada
10. The partisan
11. Duerme negrito
12. Santa-Barbara
13. El himno guerrillero
14. El tren blindao
15. A las barricadas

A découvrir
Korn -
Korn -
Bruni (Carla) - Quelqu'un m'a dit
Bruni (Carla) - Quelqu'un m'a dit
Blur - Think Tank
Blur - Think Tank