Dossier : les moustachus de la musique

/ Article - écrit par nazonfly (), le 04/10/2013

Temps de lecture estimé de l'article : 5 minute(s) - 1 réaction

À l'heure où les Justin Imbieberbe triomphent dans les charts, où les Rihanna et autres Britney Spears sortent leur glabre visage, leurs glabres jambes, leur glabre musique, il est temps de rappeler tout ce que la musique doit à la moustache. Et c'est uniquement sur Krinein.

Même si certains voudraient bien l'oublier, la musique est avant tout un art de la scène, un art dans lequel on s'expose devant un parterre de fidèles en général conquis. Et qui dit scène dit aussi scénographie dans laquelle l'apparence du musicien joue un rôle très important : de ce constat on avait fait il y a quelques temps un article sur les masques dans la musique. Aujourd'hui c'est de tout autre chose que nous allons parler : la moustache (et donc les moustachus) de la musique. Attention, que l'on soit clairs d'entrée de jeu, nous n'allons ici pas aborder le problème de la barbe, ni du double attribut barbe et moustache. Non seule la moustache nous intéresse.

Si le Dictionnaire des symboles de Jean Chevalier et Alain Gheerbrant définit la barbe comme le symbole de la virilité, du courage et de la sagesse, il ne contient aucune entrée au terme de moustache. Sans doute l'étendue symbolique de cet attribut pileux est-il trop important pour un livre d'à peine 1200 pages. Il va nous falloir user de notre substance grise.

Si l'on réfléchit quelques secondes aux moustachus de la musique, plusieurs noms nous viennent immédiatement en tête : Georges Brassens, Francis Cabrel pour les Français, Freddie Mercury ou Jimi Hendrix de l'autre côté de l'Atlantique. Ces quelques noms nous permettent de définir deux, voire trois catégories évidentes.

La moustache 100% bio

Tout d'abord, il y a la moustache du terroir, celle qui se trempe dans le lait que l'on boit, celle qui est roussie par la pipe et la clope, celle qui est naturelle, 100 % bio. Dans le monde politico-médiatique, cette moustache serait bien sûr celle de José Bové dont l'appendice pileux n'est pas sans rappeler celui de Georges Brassens. Le cas de Francis Cabrel est emblématique : dans ses premiers succès, il a un look hippie, cheveux longs et moustaches comme on le voit dans cette émission de 1977 où il chante Petite Marie.

Là aussi cette moustache n'est pas isolée puisque Jean Ferrat qui restera l'éternel Ardéchois engagé en porte une du même style. Pour Cabrel, le temps aidant, la moustache s'est réduite. Les idéaux aussi peut-être ? En 1993, elle dépasse à peine les lèvres pour finalement disparaître dans les années 2000. Triste déchéance n'est-ce pas ?

La moustache classe

La deuxième catégorie serait la moustache classieuse portée par Jimi Hendrix. C'est une moustache souvent fine qui sert à marquer la bouche d'un trait délicat et artistique comme Dali en son temps. Cette moustache c'est aussi celle de Prince au faîte de sa carrière ou encore celle de Django Reinhardt. Elle n'est pas sans rappeler celle des artistes de l'entre-deux-guerres, des chanteurs d'opérette comme Dario Moreno aux acteurs comme Clark Gable.

Cette moustache est vraiment un symbole de la sophistication, de la classe à l'état pur. Pas étonnant finalement que Gomez Addams en porte une.

La moustache Castro Clone

Le troisième catégorie pourrait être la moustache homosexuelle qui devient un symbole de la virilité, histoire sans doute de s'opposer à certains clichés homophobes. Il paraît même que cet idéal a un nom : le Castro clone. Ce prototype voit évidemment une certaine apogée chez les Village People : cinq des six membres portent la moustache, moustache qui est même particulièrement fournie chez le cow-boy, le biker et l'homme du chantier. On retrouve cette même moustache touffue chez Freddie Mercury qui a su jouer avec les clichés au long de sa carrière (comme l'atteste bien sûr le clip de I want to break free). Ci-dessous un extrait du Live Aid à Wembley en 1985, un concert à but humanitaire où sa moustache tremble de bonheur.

La moustache féministe

De la revendication homosexuelle à la cause féministe, il n'y a souvent qu'un pas. Il n'est donc pas anormal de retrouver la barbe (et parfois la moustache) comme symboles de l'omniprésence masculine dans les cercles du pouvoir (voir le collectif La barbe). La moustache semble donc être parfois l'occasion de brouiller les genres ou revendiquer une autre idée de la féminité. On pourrait ici citer les Cocorosie qui souvent se dessinent de bien belles moustaches mais l'exemple le plus flagrant est JD Samson, membre des groupes Le Tigre et MEN, qui considère sa moustache comme une mesure de sa masculinité qu'il faut mettre en valeur (source).

La moustache du jeune à peine pubère et du vieux lubrique

Pour continuer le lien entre la moustache et la virilité, il n'est pas étonnant de trouver des petits jeunots qui arborent leur première moustache comme un tableau de chasse. Encore qu'il faut avoir été jeune et de sexe masculin pour comprendre que la poussée de la moustache est un moment délicat : la question du moment à partir duquel il faut se raser est un dilemme difficilement soutenable... Bref pour retomber sur nos pattes, voici un exemple assez illustrateur de cet instant où le passage à l'âge adulte est tendu : Kool Shen et Joey Starr alias NTM qui chantent Le pouvoir. La coupe mulet de Kool Shen est bien sûr en bonus.

À l'autre bout de la chaîne, la petite moustache d'ado n'est qu'un lointain souvenir quand on regarde celle de Lemmy Kilmister de Mötörhead. Cheveux longs crades, moustaches qui mangent la moitié du visage, voix ultra grave et chemise ouverte sur le poitrail aux poils agressifs et fagoté comme un as de pique (aha), voici le brave Lemmy et son flot de testostérone.

La moustache kitsch

Pour finir il ne faudrait pas oublier que la moustache peut aussi avoir un potentiel humoristique assez important, notamment parce qu'elle reste aussi associée au kitsch des années 70-80. C'est la moustache de la COGIP associée aux costumes marronâtres et aux cravates pied-de-poule. Philippe Katerine qui a fait une chanson intitulée Moustache démontre avec Sexy Cool ce côté complètement suranné, décalé et de fait hilarant de la moustache.

Et si vous n'êtes toujours pas convaincus que moustache et musique font bon ménage, regardez cette vidéo :

J'espère qu'avec ce petit dossier, nous vous avons convaincus que la musique et la moustache, ça marchait au poil !

PS : vignette illustrant l'article sous Licence Creative Commons Paternité issue du Flickr de Chris Gladis.

A découvrir
Rohff - La vie avant la mort
Rohff - La vie avant la mort
Nolwenn Leroy - Nolwenn Leroy
Nolwenn Leroy - Nolwenn Leroy
Mass Hysteria - Contraddiction
Mass Hysteria - Contraddiction