Dossier : les malades français

/ Article - écrit par nazonfly (), le 27/09/2013

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 1 réaction

Cette semaine le dossier Musique vous parle de maladie, la maladie d'amour bien sûr mais aussi la maladie mentale, pour rire ou pas.

Et si pour se dérider un peu aujourd'hui, on parlait de maladie. Mais si, j'vous jure, la maladie c'est toujours drôle, tellement drôle qu'on la retrouve partout dans la musique. Par exemple avec le fameux Grand Corps Malade qui, bien qu'ayant choisi un nom mettant le doigt sur son handicap, porte heureusement un autre message dans ses chansons.

Ce qui n'est pas le cas de Serge Lama dont le Je suis malade est devenu bien sûr un incontournable de la chanson française.

Évidemment sa maladie est une maladie de cœur, c'est d'ailleurs une constante dans la chanson : on ne peut quasiment qu'être malade d'amour. Et ce n'est pas Michel Sardou qui nous dira le contraire. Pour lui aussi sa maladie, d'amour bien sûr, est devenue un hit. On lui saura gré quand même de donner dans un plus grand optimisme que Serge Lama.

Si Jean-Louis Murat a aussi chanté La maladie d'amour, un grand rigolo de la chanson française l'a aussi évoquée dans une chanson plutôt loin du reste de son œuvre. Voici donc Maladie d'amour de Henri Salvador.

Souchon, lui, nous raconte l'histoire d'une petite Bill qui serait malade. Malade d'amour bien sûr. What else ?

Quant à Dave, il nous dit que son cœur est malade à cause d'une certaine Laura. Mouais, un peu plus on le croirait presque.  Mais le cœur n'est pas le seul malade, un autre organe peut être concerné par la maladie : le cerveau. Les Elmer Food Beat ont chanté J'ai un cerveau malade même si les interprètes de Daniela et de Le plastique c'est fantastique ne nous apprennent rien de nouveau avec ce titre. De la même façon, Sanseverino est Malade mental et là aussi ça ne nous étonne que moyennement. Pour Wassil, c'est franchement moins drôle parce que La maladie c'est une attaque cérébrale, une tumeur, la maladie d'Alzheimer ou le SIDA. Oui on est loin de se dérider.

De façon plus abstraite, pour Saïan Supa Crew c'est la fierté qui est une maladie, pour Aka c'est la haine mais pour Enrico Macias sa maladie c'est la jalousie. Ouais chacun son truc. Comme de chanter sous une fausse tente.

Quant à Yann Tiersen et Dédé la Fleur, ils dédicacent leur chanson À ceux qui sont malades par temps calme, un morceau diablement rafraîchissant par rapport aux autres.

Mais s'il y a un malade absolu, c'est bien Gaston Ouvrard qui ne va vraiment pas bien comme le montre son titre Je n'suis pas bien portant.

PS : vignette illustrant l'article sous Licence Creative Commons Paternité issue du Flickr de Newtown graffit.

A découvrir
Stereotypical Working Class - Illusions
Stereotypical Working Class - Illusions
Cri de la tour (Le) à Voisins-le-Bretonneux - Edition 2003
Cri de la tour (Le) à Voisins-le-Bretonneux - Edition 2003
Indochine - Paradize
Indochine - Paradize