7/10Donkey Skonk - Timpano

/ Critique - écrit par juro, le 24/09/2005
Notre verdict : 7/10 - Entêtant comme un âne (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - 4 réactions

Tumulte. Gros sons et textes revendicatifs. S'exclamer, réclamer, s'enflammer. Dénoncer et s'amuser sur des rythmiques à tendance hip-hop et rock, Donkey Skonk n'hésite pas à souffler pour allumer un feu qui ne demande qu'à s'embraser : celui de la révolte. Samplers puissants, orchestration importante, textes qui tirent sur tout ce qui bouge. L'impression d'entrer dans un combat sonore se confirme en admirant la superbe pochette agrémentée d'un tout aussi superbe booklet, Donkey Skonk attaque et s'engage pour mettre des baffes et faire prendre conscience de problèmes gravissimes. Politiquement incorrect mais jouissif de plaisir pour un deuxième album qui sent la poudre !

Un seul titre et Donkey Skonk nous met dans sa poche, Fourmis résume à lui tout seul la petite bombe surpuissante qui se cache derrière l'album Timpano avec un texte comparant la fourmi à l'être humain pour mieux dénoncer la fourmilière que représente la société actuelle pleines de petites ouvrières et de soldats. Le ton est donné avec des cordes électriquement excitées, des cuivres créant une ambiance résonnante, une batterie qui fait bouger, quelques touches électroniques et surtout une voix claire au milieu du fameux tumulte. Plus qu'appréciable, Guib tient une grande forme vocale de bout en bout de Timpano.

Petit échantillon de thèmes qui partent dans tous les sens : l'hypocrisie Nord-Sud et la sélection télévisuelle des journaux d'informations et plus vaguement la mondialisation (Justice !), la guerre et l'escalade mondiale des conflits frontaliers (Los hombres armados, Bomb A), la vie rêvée perdue derrière la réalité (3/8, A la santé des frères), les hommes politiques charlatans (H. politique) dont le texte à laquelle s'ajoute une pointe ironique en fait le meilleur des trois. La batterie dominante se fait clairement ressentir sur ce dernier titre, signe d'une rage redoublé. La boite à sons refourgue quantité de bruits cuivrés et électriques qui amènent rapidement à rentrer dans l'ambiance décidément prenante entre punk et ska, un peu comme Ska-p et FFF.

Les morceaux bourrés aux amphétamines continuent de s'enchaîner toujours aussi festif et prônant le même ton, une certaine répétitivité qui pourrait lasser mais Donkey Skonk maîtrise le fait de mélanger efficacement les plages instrumentales, les bons samples et les transitions entre chaque titres. Les textes sont plutôt bien écrits mais un certain regret va gagnant sur l'impression que le groupe tire un peu sur les ambulances et tombe dans la facilité sans tomber dans celui de la démagogie. Un bon album qui séduit autant par sa forme que par sa rythmique percutante et festive prête à nous faire crever les tympans !


Donkey Skonk - Timpano

01. Fourmis
02. Justice !
03. Los hombres armados
04. Timpano
05. Electrique machiavélique
06. H. politique
07. Aki v.s Bohby
08. Mofeta estupida (acte 1)
09. Pete
10. 3/8
11. La dernière clope (acte 2)
12. R.A.S
13. Bomb A
14. A la santé des frères
15. Bomb H

A découvrir
La Ruda Salska
La Ruda Salska
Merzhin - Adrénaline
Merzhin - Adrénaline
3 jours en vrac ! 2 discs en live
3 jours en vrac ! 2 discs en live