8/10Deftones - Diamond eyes

/ Critique - écrit par ozsy, le 23/03/2010
Notre verdict : 8/10 - Tu as les yeux comme des diamants... (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - 10 réactions

Diamond Eyes est le septième album du groupe de metal américain Deftones, prévu le 17 mai 2010. Courant février 2010 une première chanson intitulée Rocket Skates a été proposée en téléchargement sur leur site MySpace.

Il est bien loin le temps des prémisses du nu métal, des collaborations talentueuses de ces groupes émergeants comme Korn, Deftones, Limp Bizkit, Snot et bien d'autres, des sons métaleux à voix saturées de notre enfance... Tous ces groupes ont changé, grandi, évolué (en bien ou en mal) ou bien disparu. Deftones est un peu un cas particulier, une exception musicale du genre qui a su s'extirper, se transformer au fur et à mesure de sa croissance. Ils ont su se créer un univers bien à part avec un son qui leur est propre et que personne ne peut reproduire sans être accusé de plagiat. La voix saturée des débuts a progressivement su se désépaissir, s'aérer et devenir cet instrument planant. C'est donc le grand retour annoncé des californiens de Sacramento, qui nous reviennent pour leur septième album Diamond eyes, qui sortira dans les bacs le 17 mai prochain. Mais le père noël est  descendu (trop tôt ou trop tard) par ma cheminée pour m'y déposer leur set. Point de surprise concernant nos compagnons, leur marque de fabrication est toujours la même. Une grosse guitare qui sature (Stephen Carpenter), une frappe sèche (Abe Cunningham) sur lequel se cale élégamment un bon son de basse lourd (Sergio Vega), un peu de clavier, un soupçon d'électro (Frank Delgado) et cette organe vocal si reconnaissable, variant entre la saturation et cette planante et envoûtante danse, que la glotte de Chino Moreno vous procure.

Deftones fait partie de ces groupes qui au premier abord donne l'impression de ne pas changer, de n'avoir qu'un ton et de ne faire souvent que la même chose. Je dirais que ce n'est pas faux, je rajouterais même que l'on pourrait inter changer certains morceaux d'un album à un autre. Mais voyez-vous, il y a quand même l'art et la manière de le faire, et ces mecs l'ont sans aucune contestation possible. Il y a chez ces types le goût pour le travail bien fait sans aucun bâclage possible. Des finitions remarquables, un son propre et pur, des arrangements et un mixage parfait. Après, on rentre ou pas dans leur univers atypique, mélangeant différents genres en passant d'un métal alternatif, à l'électro, et par un rock expérimental aux influences new waves, de plus en plus présent à chaque album. 

Diamond eyes n'est pas une exception à la règle et nous offre un set de onze titres sans accrocs. Le premier titre du nom du CD, nous dépeint tout de suite la couleur de l'album : on sait où l'on va et ce qui nous attend. Un morceau où s'entrecroisent riffs métaleux et refrain mélodique au son clair d'une voix mélancolique. Et nous voilà reparti sur Royal, deuxième titre et lien progressif avec le troisième morceau. CMND/CTRL est plus proche du Deftones des débuts ; plus agressifs, corrosifs, rugueux, bon sang du métal quoi, on n'est pas non plus en train de parler du dernier de Mariah Carey. Les trois autres morceaux (You've Seen The Butcher, Beauty School et Prince) reviennent très progressivement vers un son plus expérimental, toujours en équilibre incertain, prêt à exploser tel un démineur au moindre faux pas. Puis arrive Rocket Skate qui définit le plus ce qu'est Deftones et plus particulièrement Chino Moreno. Tout est dans le titre (et dans le clip, offert avant la sortie sur leur site). Sextape nous permet de voir que nos petits californiens n'en sont pas moins éclectiques et savent varier talentueusement et osciller vers des ballades mélancoliques sans pour autant dévier de leur trajectoire. Risk, 976-EVIL, et This Place Is Death nous font repartir sur du classique deftonien et consolide, s'il en était encore besoin, les fondations de cette grosse machine.

 

 

 

 

 

 

 


 

Quarante et une minutes de plaisir, parfois de bonheur dont on ne se lasse jamais. Un album un peu court mais qui fera sans aucun doute la joie des fans et des curieux. Après, il y a les indécrottables, « moi de toute façon, je n'aime pas Deftones ». Et bien permettez-moi de vous rediriger sur le dernier album d'une certaine Mariah : Memoirs of an Imperfect Angel que l'on trouve dans toutes les bonnes boucheries.

 

Deftones - Diamond eyes

01. Diamond Eyes
02. Royal
03. CMND/CTRL
04. You've Seen The Butcher
05. Beauty School
06. Prince
07. Rocket Skates
08. Sextape
09. Risk
10. 976-EVIL
11. This Place Is Death

A découvrir
Mass Hysteria - Contraddiction
Mass Hysteria - Contraddiction
Deftones - Around the fur
Deftones - Around the fur
Korn -
Korn -