Décryptage de The devil in I, nouveau clip de Slipknot

/ Article - écrit par nazonfly (), le 14/09/2014

Temps de lecture estimé de l'article : 5 minute(s) - laisser un commentaire

Cette semaine Krinein Musique se penche sur le nouveau clip de Slipknot. Pour ceux qui ne connaissent pas, Slipknot ce sont des petits gars sympathiques qui font du metal.

Notez d'abord qu'il ne faut pas prononcer métal mais bien Mitol parce que sinon ça fait un peu pitié quand même, les puristes préciseront qu'ils officient dans le nu metal, ce qui n'est pas du metal à poil (au contraire de Rockbitch). Les Slipknot sont connus pour quelques uns de leurs hits incontournables (Wait and bleed, The heretic anthem, Duality...) mais surtout parce qu'ils ont des masques sur scène. Et les masques sur scène c'est tellement la classe qu'on en avait parlé sur Krinein.

Depuis leur dernier album, Slipknot a connu quelques évolutions : Paul le bassiste et créateur du groupe est mort et Joey Jordisson le batteur est parti/a été viré du groupe. Ce sont donc deux nouvelles têtes (et deux nouveaux masques) qui intègrent le line-up, Jay Weinberg à la batterie et Alessandro Venturella à la basse. Mais revenons à nos moutons, enfin à nos boucs démoniaques (si t'es pas démoniaque, t'es pas metal) et au clip de The devil in I.

Du corbeau dans le clip goth

Au premier visionnage, le premier plan est assez énigmatique mais on y reviendra sans doute. Le deuxième par contre est sybillin parce qu'on y voit un corbeau. Et le corbeau est encore plus chargé au niveau symbolisme qu'un Lance Armstrong de la grande époque. Expression de l'amour filial, messager divin, fonction prophétique, principe de création mais aussi guide même par delà la mort (auquel cas le corbeau est psychopompe), il sert à tout. Et surtout à n'importe quoi. Dans le monde gothique et, par extension, metal, le corbeau est synonyme de mal, de « ohlala ça va pas bien » (voir l'excellent The Crow) et, en conséquence, la présence d'un corbeau dans un clip suffit à lui donner une image gothique. Pas pour rien que le chanteur de The Rasmus a des plumes de corbeau (!) dans les cheveux dans le tube In the shadows. Bref une Nabila gothique aurait pu facilement conclure « quoi, t'es gothique, t'as pas de corbeau, non mais allo quoi ». Oui Krinein ne recule devant aucune comparaison foireuse. Quant au Corbeau de Poe, nul doute qu'il ne dise Nevermore juste pour qu'on arrête de l'utiliser dans les clips gothico-metal.


DR. I am goth

 

Camisole de force

Mais revenons sur The devil in I qui continue par la vision d'un fantôme tout de rouge vêtu et l'arrivée du groupe par l'intermédiaire du masque de hockey en métal (et non pas en metal, notez la différence) de Mick et le nouveau masque de clown de Shawn, masque qui tient plus de Michael Myers jeune (dans Halloween de Rob Zombie) que de l'Auguste habituel (même si on sait que tous les clowns font flipper). Sans oublier Craig et sa tête de pine, euh son masque en forme d'hommage au Pinhead d'Hellraiser. Le groupe commence donc de jouer, on en profite pour découvrir le beau masque blanc de Jim, assez semblable à l'ancien avec juste la place pour sa barbe. Parce qu'en 2014 on peut faire du metal et avoir une fucking hipster beard. Pour l'instant il faut avouer qu'on reste dans du classique jusqu'à l'image du groupe qui joue au milieu de gars en camisole de force. Perso ça me fera toujours penser à Cours vite de Silmarils mais on doit pouvoir multiplier les exemples assez facilement. Petite exception : certains des camisolés sont sur des chaises roulantes. Ensuite… ben ensuite on croise vite fait les autres masques qui n'ont pas beaucoup changé, Chris avec son grand nez (qui n'est qu'une évocation du phallus me souffle mon ami Freud, Lacan se contentant de faire remarquer que si ça se trouve le nom du groupe c'est aussi une évocation du pénis. Slipknot, Slip-not, sans slip quoi). Et puis paf d'un coup c'est l'apoplexie chez le jeune fan. On crie au meutre, à l'horreur. Corey a un masque affreux (de source sûre car recueillie dans plusieurs témoignages de fan). Horreur, malheur !


DR. On t'a reconnu Fantômas !

 

Corey qui rapidement pose devant des chaînes en chantant « Undo these chains my friends », voilà ce qu'on appelle un clip raccord ! Puis il ôte la moitié de son masque et dévoile qu'il est en réalité Fantômas (source recoupée là aussi sur plusieurs forums de fans français). De la même façon, Mick se débarrasse de son masque et montre une vilaine figure toute sanguinolente. Hé oui parce que le titre de la chanson c'est quand même The devil in I. Et c'est pas tout de mettre des corbeaux, des malades mentaux et des personnes en robe de bure rouge, il faut quand même exprimer un peu les idées derrière les paroles ! Avec le départ forcé de Jordisson, on est en raison de croire que ce brave Joey a montré le « devil inside » lui-même. Peut-être qu'il est fan de Mon petit poney. Ou qu'en fait il portait des sous-vêtements roses sous ses tenus de cuir.

Vengeance et renouveau

Pendant ce temps, les membres du groupe sobrement revêtus de combinaisons blanches recouvertes de sang massacrent les deux gars sur des fauteuils roulants. Faut pas oublier que Slipknot c'est des méchants quand même. Et il faut du sang, beaucoup de sang sans oublier, pour la peine, quelques explosions bien senties, des attaques de chien, de corbeau (ah enfin il sert à quelque chose ce volatil à la noix), un pendu en train de brûler. Il faut voir dans l'enchaînement de ces scènes plusieurs symboliques : les deux gars en fauteuils roulants étant les deux nouveaux membres, leur massacre revient à un rite initiatique, à coup de couteaux certes mais rite initiatique quand même pour entrer dans la grande famille Slipknot. Pas la première qu'on doit voir mourir métaphoriquement son ancien corps pour entrer dans une société secrète. Quant aux différentes attaques, il est clair que les membres se dépouillent de leur ancien moi pour revêtir leurs nouveaux atours, comme un renouveau, un nouveau départ après la mort de Paul. Enfin comment ne pas voir dans le dernier plan l'image de Corey, pendu et immolé par le feu. Le traitre a été démasqué, le châtiment peut commencer. Si pour Dante les traîtres résident dans la glace du neuvième cercle de l'enfer, la pendaison ou le bûcher ne sont pas inconnus dans la liste des châtiments de la trahison.

Mais cela ne nous dit pas qui sont ces personnes en robe de bure rouge. Vous avez une idée ? Des sortes de prêtresses ? Des sorcières ? Des adeptes d'un culte inconnu ?

Ci-dessous le clip.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : White crocodile et Fragile, deux EPs, deux univers, deux réussites