7/10Darsombra - Eternal Jewel

/ Critique - écrit par wqw..., le 29/04/2008
Notre verdict : 7/10 - Diamonds are forever (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 1 minute(s) - 2 réactions

Des compositions aux lentes évolutions, sorte de doom psyché dont le minimalisme répétitif n’est pas sans évoquer les œuvres du compositeur contemporain américain Steve Reich.

CHRONIQUE EXPRESS

Projet expérimental du guitariste basé à Baltimore, Brian Daniloski (Meatjack, Trephine et SUCKPiG), Darsombra lui laisse les mains totalement libres dans la composition. Celui-ci propose un deuxième album envoûtant, le temps de cinq longues errances à la guitare baryton, improvisations repassées par divers delay et autres pédales d’effets. Des compositions aux lentes évolutions, sorte de doom psyché dont le minimalisme répétitif n’est pas sans évoquer par moment les œuvres du compositeur contemporain américain Steve Reich. La guitare se transforme, se multiplie, développe des atmosphères parfois menaçantes mais elle illustre toujours une intelligence du propos. Un bijou sombre qui ornera toute discothèque exigeante.



Darsombra - Eternal Jewel

01. Auguries
02. Night's Black Agents
03. Drops of Sorrow
04. Lamentings / Auguries
05. Incarnadine

A découvrir
M - Le Baptême
M - Le Baptême
Buckley (Jeff) - Live à l'Olympia
Buckley (Jeff) - Live à l'Olympia
Alizée - Gourmandises
Alizée - Gourmandises