8/10The Coral - Magic and Medicine

/ Critique - écrit par ReZ, le 29/08/2003
Notre verdict : 8/10 - Magic and Medicine (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

The Coral est un groupe britannique formé de six garçons d'une vingtaine d'années, mais oui, ceux qui avaient créé l'évènement en 2002 avec Dreaming of you, l'extrait de leur premier album. Ca ne vous dit rien ? C'est vrai que le groupe n'est pas super connu, mais quoi qu'il en soit, ils reviennent avec leur nouvel album : Magic and Medicine.

Si leur premier album était une très agréable surprise avec à la fois des inspirations anciennes (Doors, Dylan, Beatles...) et des innovations donnant naissance à un rock psychédélique assez indomptable et presque brouillon, le deuxième album est largement plus mûri, on sent dans chaque titre que ce groupe est britannique (comme dans Dreaming of you). Les mélanges subtils de guitare (parfois jusqu'à trois et une basse), piano, batterie et orgue rendent leur musique complexe et insaisissable, pleine de sons discrets et mystérieux qui nous plongent complètement dans le trip psychédélique. De plus, la voix du chanteur, James Skelly, capable de s'adapter à tous les styles couverts par The Coral, est magnifique et donne toute leur dimension aux chansons.

L'album débute par In the Forest chanson étrangement attirante, comme hantée par l'orgue, omniprésent et obsédant. Elle donne presque l'impression justement de se trouver dans une forêt. Elle est suivie par Don't think you're the first, le premier single extrait de cet album, porté par des sons de guitares étranges et anachroniques mais complètement obsédants également puisqu'il vous reste dans la tête dès la première écoute. Pour preuve son succès en Angleterre où le groupe a été premier la semaine de la sortie de l'album. Suit ensuite Leziah, une sorte de complainte amoureuse mélancolique, très douce où Skelly est particulièrement brillant. On a ensuite Talkin' Gypsy Market Blues, qui est selon moi le seul point noir de l'album car trop brouillon et mal dirigé même s'il possède de bonnes idées. On trouve dans les sept chansons restantes de l'album (qui en compte donc onze), des morceaux de Blues psyché (?!) avec Milkwood Blues ou encore une reprise de The La's avec Careless hands.

Bref, à vingt ans et quelques, les membres de The Coral ont déjà acquis le savoir nécessaire à la création d'un grand album qui laisse de grands espoirs quant à la suite de leur carrière.

A découvrir
Placebo - Placebo
Placebo - Placebo
Dido - No Angel
Dido - No Angel
Collins (Phil) - Face Value
Collins (Phil) - Face Value