7.5/10Cocker (Jarvis) - Jarvis

/ Critique - écrit par Vincent.L, le 05/11/2006
Notre verdict : 7.5/10 - Running The World (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Cinq ans après le dernier album de Pulp (We Love Life en 2001), Jarvis Cocker, son leader, revient avec un premier disque solo sous son propre nom. Pendant une demi décennie, le dandy anglais ne s'est jamais vraiment éloigné du monde de la pop. En effet, en 2003, il se faisait remarquer avec un étrange projet, Relaxed Muscle, où, sous le pseudonyme de Darren Spooner, il s'amusait à chanter des chansons à tendance noisy. En 2004, il participait à un album de Nancy Sinatra. En 2005, son retour sur le devant de la scène se précisait avec la signature de deux titres pour la bande originale du dernier Harry Potter. En 2006, pour un album hommage, Jarvis reprenait, avec Kid Loco, le fameux Je suis venir te dire que je m'en vais de Serge Gainsbourg. En septembre dernier, pour la sortie du premier album de Charlotte Gainsbourg, il signait les textes des chansons de 5:55, rapidement devenu un des plus gros succès de l'année dans l'Hexagone. Ensuite, grâce à la diffusion sur Myspace d'un titre controversé, Running The World, qui s'en prend aux organisateurs du Live 8, l'icône de la pop anglaise créait un buzz annonçant parfaitement la sortie de son nouvel album.

Douces réminiscences de l'époque Pulp

Du haut de ses 43 ans et avec 28 ans de carrière derrière lui, Jarvis Cocker ne laisse plus de place aux incertitudes. Il alterne avec brio entre les genres pop, folk et rock. Des mélodies allant de ballades vibrantes (I Will Kill Again, Baby's Coming Back To Me, Disney Time, Quantum Theory) à un clin d'oeil à David Bowie (Black Magic), en passant par un potentiel tube (Fat Children, avec ses guitares, ses choeurs et sa batterie irrésistibles). Les douces réminiscences de l'époque Pulp rappellent avec nostalgie une gloire flamboyante. Heavy Weather pourrait être extrait de l'album We Love Life, From A Toi de His 'N' Hers. Tonite pioche quant à lui du côté d'influences américaines jusqu'alors inconnues chez l'artiste.
Depuis This Is Hardcore avec Pulp, en 1998, Jarvis Cocker se permet moins d'excentricités vocales. Son chant est plus assuré et contrôlé, ce qui retire de la folie et de l'outrance (à la limite de la rupture) qui ont longtemps fait sa force et son charme. De même, ce disque contient moins de claviers que la plupart de ceux de Pulp. Mais si cet album est moins immédiat et dansant que les plus grands succès du groupe britannique, il s'apprécie presque autant. Tantôt intimiste et délicat, tantôt grandiloquent et percutant, le disque est celui d'une renaissance. Un renouveau qui passe par l'alternance de brouillards et d'étincelles, de grands espaces et de plages cosys. Jarvis existe désormais à part entière, n'a rien à envier à Scott Walker, Leonard Cohen ou Lou Reed, ses influences de toujours.


Jarvis Cocker - Jarvis

01. Loss Adjuster (excerpt Pt.1)
02. Don't Let Him Waste Your Time
03. Black Magic
04. Heavy Weather
05. I Will Kill Again
06. Baby's Coming Back To Me
07. Fat Children
08. From A To I
09. Disney Time
10. Tonite
11. Big Julie
12. Loss Adjuster (excerpt Pt.2)
13. Quantum Theory

A découvrir
Buckley (Jeff) - Live à l'Olympia
Buckley (Jeff) - Live à l'Olympia
Marilyn Manson
Marilyn Manson
Collins (Phil) - Face Value
Collins (Phil) - Face Value