Clip de la semaine : One direction, Serge le lama et Snoop Dogg

/ Actualité - écrit par nazonfly (), le 10/11/2013

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Quand un vieux du rap rencontre un jeune boys band, ils prennent bien soin d'éviter les lamas. Lama, lamaoutai, lama, lamoutai.

Nous voilà de retour pour une nouvelle fournée exceptionnelle de clips avec en ouverture du bal deux sublimes morceaux même si très différents entre eux.

Le premier est l'œuvre des Pentatonix, un quintuor a cappella. Leur dernier titre est une reprise entièrement bruitée à la bouche (mais pas par faute de budget), ou plus exactement un medley des Daft Punk. Si vous ne connaissez pas encore le groupe, attention, ça risque de vous faire mal.

À côté des voix magnifiques de Pentatonix, le net permet de faire émerger des... trucs mauvais mais drôles. Et c'est le cas de Serge le lama qui reprend Lamaoutai de Stromae, une idée qui a germé après que certains individus aient libéré un lama d'un cirque et l'aient emmené faire un tour dans le tram bordelais. Le clip ci-dessous est mal chanté, mal enregistré, mal réalisé mais reste un grand moment.

Continuons avec des musicos d'une meilleure qualité, j'ai nommé les Lilly Wood and the Prick qui viennent de sortir le clip de Let's not pretend extrait de leur album The fight. À dada !

We love Disney est une compilation se présentant comme "Les grands classiques Disney revisités pour la première fois au monde par la scène musicale contemporaine française". On pourra facilement rigoler de la formulation entre la première fois "au monde" et la scène musicale "française". Un premier extrait vient de paraître, Un jour mon prince viendra, chanté par Élodie Frégé. Disney. Star Academy (oui, elle restera toujours Élodie Frégé de la Starac, bien fait pour elle). Et pourtant ça marche quand même pas mal.

C'est pas ma came mais Krinein est aussi le site de toutes les musiques. Donc voilà le nouveau Snoop Dogg (ah non il s'appelle maintenant Snoopzilla ?), Faden away.

On saute par dessus Je me souviens de tout de De Palmas ou Out of range de Pegase et on tombe sur Synthetica de Metric.

Et pour terminer on cachera au fin fond de cette critique le nouveau One direction, le groupe qui a remplacé Tokio Hotel et Justin Bieber dans le cœur des jeunes ados. Et c'est pas rien. Voici Story of my life. De rien.

PS : vignette illustrant l'article sous Licence Creative Commons Paternité issue du travail de Joe Mabel sur Wikimedia Commons.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : White crocodile et Fragile, deux EPs, deux univers, deux réussites