4/10Clément (Coralie) - Toystore

/ Critique - écrit par athanagor, le 27/11/2008
Notre verdict : 4/10 - Du BB par CC (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Coralie Clément est la sœur de Benjamin Biolay, et Benjamin Biolay c'est celui avec qui il faut faire son album ces derniers temps. Donc ça tombe plutôt bien pour elle. 

Nommé Toystore parce que l'orchestration essentiellement acoustique s'enrichit, de-ci de-là, de sonorités produites par des instruments rigolos ou des jouets, cet album est essentiellement sauvé par la musique de Benjamin Biolay. Qu'on aime ou pas le personnage, on ne peut lui nier un certain talent mélodique. Ainsi chacun trouvera dans cet album de quoi se remuer un tantinet avec plaisir sans avoir l'impression de trahir ses convictions. L'éventail est en effet large, de l'influence Amérique du sud de C'est la vie, où on appréciera la référence au nouveau prédateur des enfants : la grue, à l'amusante parodie reggae So long Babylone, où les schémas sont tous respectés mais assurés par des instruments plus proches de la guinguette. On appréciera aussi l'abandon de l'orchestration accordéon/ukulélé juste au moment où ça devient vraiment gonflant après On était bien.

Malheureusement le tout est un peu plombé par la voix de Coralie Clément, qui ne semble pas disposée à sortir de son octave de confort, ni vers le grave, ni vers l'aigu. Les rares tentatives en ce sens se soldent par une impression de douleur communicative que l'on ne se souvenait pas d'avoir entendu depuis le refrain de Lemon Incest par Charlotte Gainsbourg. Ceci dit deux chansons se marient bien à son timbre, Je ne sens plus ton amour, où la voix neurasthénique d'Etienne Daho est alors de bonne compagnie et Tu seras à moi, paradoxalement la chanson la moins intéressante musicalement, cherchant jusqu'à l'absurde à faire du mélancolique dégoulinant. A l'inverse, deux chansons la desservent tragiquement : On était bien où la limite de la justesse est sans cesse tutoyée et Sono Io ou de toute évidence, Chiara Mastroianni, dont ce n'est pas le métier, s'en sort mieux.

Ce disque s'écoute une première fois sans déplaisir et en tapant parfois du pied par inadvertance, largement grâce au talent de Benjamin Biolay et des mélodies qu'il déroule. Cela étant, ces mêmes mélodies ne marquent absolument pas l'esprit et s'oublient sitôt entendues. L'affaire se corse donc quand il s'agit de remettre la galette dans le lecteur. A ce moment, c'est tout simplement l'envie qui manque, et le simple fait de pouvoir dire que, oui, on a déjà écouté le dernier Coralie Clément en entier, sans mentir et même si ce n'est qu'une fois, suffit au bonheur de l'auditeur.

Coralie Clément - Toystore
01. L'effet Jokari
02. C'est la vie
03. Share the day
04. Le baiser permanent
05. Je ne sens plus ton amour (en duo avec Etienne Daho)
06. Sono io (en duo avec Chiara Mastroianni)
07. On était bien
08. Houlala
09. La reine des pommes (reprise de Lio)
10. Paris dix heures du soir
11. So long Babylone
12. Tu seras à moi

 

A découvrir
Ludwig von 88 - Houlala 2 : la mission
Ludwig von 88 - Houlala 2 : la mission
Ambryo - Interview
Ambryo - Interview
Lofofora - Lofofora
Lofofora - Lofofora