6.5/10Carbon/Silicon - The last post

/ Critique - écrit par nazonfly (), le 05/11/2008
Notre verdict : 6.5/10 - Silicon Carné (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 1 réaction

A l'heure du revival rock, rien de tel que de vieux briscards pour ramener un peu d'âme dans ce bazar.

Quand deux membres de groupes punk cultissimes s'associent près de 30 ans après le mouvement, on peut craindre le pire, comme espérer le meilleur. Dans le cas de Carbon/Silicon, rencontre entre Mick Jones de The Clash et Tony James de Generation X, c'est plutôt le meilleur qui en est sorti pour une galette au rock tranchant typiquement anglais.

Des riffs à l'assaut d'Internet

Boutonneux comme un ado
Boutonneux comme un ado
Dès sa création en 2002, le groupe a une démarche intéressante et plutôt à contre-courant dans la jungle musicale : se servir d'internet comme d'un moyen de propager leur musique. Non pas en mettant trois bouts de titres sur MySpace, mais en proposant aux fans d'enregistrer les concerts et de les diffuser librement sur la toile. Leur site est d'ailleurs une vitrine sur la musique de Carbon/Silicon et propose le téléchargement des titres au fur et à mesure de leur enregistrement. Vraiment des gens à part, on vous dit. Mais il est tout à fait possible d'acheter leur dernier album, The last post qui est sorti le 27 octobre 2008.

A l'écoute de celui-ci, une évidence s'impose. Carbon/Silicon est un très bon groupe de rock. Dans la jungle de ces groupes qui surgissent d'on ne sait où et pour lesquels il est souvent difficile de s'enthousiasmer, Mick Jones et Tony James réussissent à revenir à l'âme du rock... anglais de préférence. Le premier titre, The news, Carbon/Silicon arrive à poser un riff de guitare qui tourne foutrement et une voix à l'accent d'outre-Manche marquée. Rien de franchement révolutionnaire, mais du rock tout simplement. Du rock anglais qui revisite toute l'histoire de ce style qui a baigné les esgourdes des sujets de Sa Majesté.

You're so fucking punk-rock

Punk i Broust'heure
Punk i Broust'heure
L'âme du punk se ressent, de façon très édulcorée, sur The whole truth. Un peu comme un jean qui aurait délavé au cours du temps, mais qui garde quand même un petit quelque chose à voir avec The Clash ou les Pistols. What the fuck a aussi cette arrière-son de punk qui sonne comme du Green Day dernière génération. La voix sonne comme une évidence à cette filiation à crête. Mais le reste de l'album s'écarte sur des voix que n'auraient pas renié les Beatles : Tell it like it is ou Caesars Palace remettent au goût du jour ce qu'est vraiment le rock. Quelque chose qui n'aurait pas un jeans moulant et une coiffure de pétasse. Presque un retour aux sources.

Seuls deux bémols finalement dans ce disque très agréable. Really the blues qui n'a malheureusement de blues que le nom et n'est qu'un fils dégénéré de la disco et du rock. Et surtout le très très trop disco National Anthem qui rend l'album bien amer. Heureusement l'amertume passe très facilement avec Oilwell ou War on culture qui emmènent l'auditeur dans ces pubs enfumés et le laissent à une table tandis que le groupe joue sur la scène et couvre à peine les conversations. Une impression malheureusement trop rare aujourd'hui.

 

The last post n'est certainement pas l'album du siècle, ni même celui de l'année à vrai dire. Mais il est tellement plein d'une sincérité et d'une authenticité palpables qu'il est bien meilleur que tout ce qu'on peut entendre ici et là.

 

Carbon/Silicon - The last post

01. The news
02. The magic suitcase
03. The whole truth
04. Caesars Palace
05. Tell it like it is
06. War on culture
07. What the fuck
08. Action Zulus
09. National anthem
10. Really the blues
11. Oilwell
12. Why do men fight ?

A découvrir
Marilyn Manson
Marilyn Manson
Slipknot - Slipknot
Slipknot - Slipknot
Audioslave - Audioslave
Audioslave - Audioslave