7.5/10Callas (Maria) -Eternelle

/ Critique - écrit par Danorah, le 06/11/2007
Notre verdict : 7.5/10 - La voix des anges (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Opération bassement commerciale ou pas, c'est toujours un réel plaisir que d'écouter les plus beaux airs d'opéra interprétés par l'un de ses plus grands talents.

Maria Callas. Qui n'a jamais entendu prononcer ce nom ? S'il en est un qui vient immédiatement à l'esprit lorsqu'il est question d'opéra, n'est-ce pas celui-ci ? Celle qui est devenue « La Callas », figure quasi mythique de l'opéra du XXe siècle, s'est éteinte, comme chacun le sait à présent (battage médiatique oblige), il y a de cela trente ans. Une aubaine pour EMI, qui fait les fonds de tiroirs et sort du placard l'intégrale des enregistrements studio de la soprano. Pour les bourses les plus modestes, ou les auditeurs les moins acharnés, les plus grand « tubes » de la star de l'opéra ont été réunis sur un double album accompagné d'un DVD retraçant en une douzaine de minutes sa biographie.

Opération bassement commerciale ou pas, c'est toujours un réel plaisir que d'écouter les plus beaux airs d'opéra interprétés par l'un de ses plus grands talents. Car n'en déplaise à certains, les airs d'opéra les plus populaires sont, pour la grande majorité, également les plus beaux. On se délectera donc de Mi Chiamano Mimì, le célèbre air issu de La Bohème de Puccini, d'Un Bel Dì Vedremo, encore plus célèbre extrait de Madame Butterfly du même Puccini (décidément bien représenté sur cet album), puis encore Casta Diva de la Norma de Bellini, La Mamma Morta de Giordano, toujours aussi poignante (mais si, vous savez, la scène de l'opéra dans le film Philadelphia...), et bien sûr, L'Amour est un oiseau rebelle de la Carmen de Bizet (passage obligé dont on pourrait ma foi fort bien se passer...). Et la liste ne s'arrête pas là : quelques lignes ne suffisent pas à décrire le contenu de deux disques de 80 minutes remplis à craquer d'airs plus célèbres les uns que les autres.

Bon, alors quoi. Qu'ils soient chantés par La Callas, ces airs, ça change quelque chose ? Oui. Définitivement. Que l'on apprécie ou pas son timbre très particulier, on ne peut nier l'extraordinaire talent de la cantatrice grecque. La justesse de son interprétation, la fluidité de sa technique, et ce timbre unique, profond, servi par un ample (parfois même trop ample ?) vibrato. S'ajoute à cela son talent de comédienne, sa capacité à incarner un personnage et à transmettre par la musique ses sentiments les plus profonds, qui a fait de Maria Callas l'icône qu'elle est encore aujourd'hui.

Un régal pour les oreilles, cet album n'est pourtant pas à mettre entre des oreilles débutantes ou peu averties, l'enregistrement un peu daté apportant une couleur étrange à la musique et au chant. En outre, le documentaire sur DVD (un peu expéditif, soit dit en passant) risque également de dérouter l'auditeur profane : Maria Callas n'est pas réellement « belle » au sens actuel du terme et, si elle dégage un charme et un magnétisme certains, sa gestuelle et ses mimiques très marquées pourraient surprendre. De toute façon, il n'y a pas de meilleure initiation à l'art lyrique que d'aller en chair et en os assister à une représentation d'un opéra. Quel dommage qu'il soit trop tard pour admirer la Callas, la vraie, possédée par Violetta, Mimì ou Norma... Que n'aurait-on pas donné pour cela !

A découvrir
Alizée - Mes courants électriques
Alizée - Mes courants électriques
M - Le tour de M
M - Le tour de M
Alizée - Gourmandises
Alizée - Gourmandises