8.5/10Bush (Kate) - Aerial

/ Critique - écrit par Danorah, le 19/10/2006
Notre verdict : 8.5/10 - Aerials in the sky (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Si le premier disque comporte sept titres de bonne facture mais peu surprenants, c'est sur le second, concept album coloré et passionnant, que l'on s'attardera.

A tous ceux qui croyaient sa carrière achevée, Kate Bush répond en 2005 de la plus belle des manières par rien moins qu'un double album. Douze années séparent Aerial de son prédécesseur. Un délai inhabituellement long, pour un album à la hauteur des attentes suscitées. Si le premier disque comporte sept titres d'excellente facture mais peu surprenants, c'est sur le second que s'attarderont nos oreilles, concept album coloré, passionnant et loin d'être évident.

Kate Bush
Kate Bush
A Sea of Honey, première partie de ce diptyque, se compose de sept titres aux saveurs quelque peu disparates : Kate Bush se révèle capable de passer en un clin d'oeil de l'émotion la plus poignante à une affectation frisant le ridicule. C'est ainsi que le sublime et déchirant duo piano/voix A Coral Room côtoie sans coup férir un Bertie aux sonorités vaguement Renaissance dans lequel Kate Bush chante avec candeur son bonheur d'être mère... Bonheur assez peu communicatif en vérité. Reste que si c'est accompagnée uniquement de son éternel piano que la chanteuse se montre la plus convaincante, Joanni et surtout King Of The Mountain attestent également de sa science des arrangements, le premier s'accompagnant d'un tissu de cordes (guitares et violons) souple et vaporeux, le second reposant sur une rythmique imparable et un refrain s'élevant à des hauteurs insoupçonnables.

Jusque là, mis à part les deux sommets que constituent A Coral Room et King Of The Mountain, rien de bien exaltant. Mais voilà, Aerial ne s'arrête pas là, puisque vient ensuite le concept album A Sky Of Honey. Qui fait surgir toutes les frayeurs du monde en invitant la voix d'un bambin en introduction. « Ca y est, la voilà repartie dans ses délires niaiseux de mère comblée », pense-t-on. A tort. Car contrairement à Bertie, A Sky Of Honey fait preuve d'une certaine distinction et d'une douceur tout en retenue. Décrivant le déroulement d'une journée (et de manière basiquement symbolique le cycle de la vie), l'album mêle habilement voix, chants d'oiseaux et instruments divers et variés (voir à ce propos Aerial Tal), tout au long de ce qui pourrait sans mal être considéré comme un seul et unique titre. Une longue piste dont ressortent néanmoins Sunset pour son final qui réveille et Somewhere In Between pour son refrain et ses arrangements somptueux. Les quelques longueurs que renferme ce deuxième disque n'entameront que peu l'enthousiasme suscité par ce long poème musical, par moments quasi hypnotique (la montée en puissance complètement époustouflante des dernières minutes de Nocturn).

Pour son « grand retour », Kate Bush a su allier une production soignée et extraordinairement équilibrée, des arrangements qui donnent l'impression de flotter en totale apesanteur, et des compositions profondes et personnelles. Quelques longueurs et des titres présentant assez peu d'intérêt sur le premier disque amoindriront son impact mais lui confèreront paradoxalement un côté humain et touchant qui n'est pas pour déplaire. Somme toute et pour conclure dans la langue de Shakespeare : it was worth the wait !


Disque 1 - A Sea Of Honey
01 - King Of The Mountain
02 - Pi
03 - Bertie
04 - Mrs. Bartolozzi
05 - How To Be Invisible
06 - Joanni
07 - A Coral Room

Disque 2 - A Sky Of Honey
01 - Prelude
02 - Prologue
03 - An Architect's Dream
04 - The Painter's Link
05 - Sunset
06 - Aerial Tal
07 - Somewhere In Between
08 - Nocturn
09 - Aerial

A découvrir
Moby - Play
Moby - Play
Collins (Phil) - Face Value
Collins (Phil) - Face Value
Queens of the Stone Age - Songs for the Deaf
Queens of the Stone Age - Songs for the Deaf