7.5/10The Bravery - The Bravery

/ Critique - écrit par Vincent.L, le 14/04/2005
Notre verdict : 7.5/10 - An Honest Mistake (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Dans le courant revival Rock des années 1970 et 1980, on connaissait déjà Interpol, Stellastarr, Franz Ferdinand, Bloc Party, Ghinzu, The Strokes, The Servant, The Killers, The Arcade Fire, The Vines, The Music, The Libertines, The Hives, The Veils et j'en passe. Il faudra désormais aussi compter avec The Bravery, un nouveau groupe américain dont le nom de scène comprend la particule « The », gimmic nominal devenu presque obligé pour réaliser un bon coup médiatique.

Porté par l'incroyable deuxième single An Honest Mistake, véritable tornade Rock rassemblant les énergies d'un The Killers, d'un Franz Ferdinand et d'un New Order, les 5 new-yorkais nous offrent une chanson ultra énergique qui devrait rester dans les annales, notamment avec ses solos de guitares insensés, sa basse tonitruante et son rythme nucléaire. Continuant sur sa bonne impulsion, The Bravery nous propose No Brakes et Give In, des chansons de Rock puissantes entre Muse et Joy Division, avec ce qu'il faut de guitares acoustiques et de synthés pour la mélancolie. Sur Fearless, le groupe s'envole vers un mélange délirant et peut-être un peu trop bruyant entre Blur et Ghinzu. Avec Tyrant, il poursuit son voyage dans des contrées, qui, en couplant électronique, chants poussifs et mélodiques à la The Cure, nous emportent dans un déluge complexe d'émotions.
Sur Swollen Summer et Public Service Announcement, on se sent plus proche d'un The Vines et d'un The Music, surtout au niveau des solos assez indigestes et des excitations vocales difficilement maîtrisées. La folie et l'inventivité d'un Ghinzu se retrouvent sur Out Of Line, une chanson qui passionne surtout par ses synthés et son chant intense. Le single Unconditional nous étonne avec ses guitares électriques et sa force mélodique dignes d'un Made Of Stone des Stones Roses. The Ring Song est drôlement très proche des compositions que peuvent nous livrer les Strokes, avec un chant énervant en plus. Enfin, Rites Of Spring déçoit par sa banalité, malgré de bons arrangements.

Suiveurs, les Bravery le sont, c'est certain. Mais pas forcément plus que les Strokes et consorts. C'est juste que le groupe de Sam Endicott arrive sur le marché de la « Nouvelle New Wave » après une bonne vingtaine de groupes, c'est tout.


The Bravery - The Bravery

01. An Honest Mistake
02. No Brakes
03. Fearless
04. Tyrant
05. Give In
06. Swollen Summer
07. Public Service Announcement
08. Out Of Line
09. Unconditional
10. The Ring Song
11. Rites Of Spring

A découvrir
Watcha - Mutant
Watcha - Mutant
Alpha Jet - Interview
Alpha Jet - Interview
Blur - Best of
Blur - Best of