7.5/10The Bloodhound Gang - Hefty Fine

/ Critique - écrit par Loic, le 11/11/2005
Notre verdict : 7.5/10 - Hefty Fine (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Cela faisait un bon petit moment qu'on n'avais plus entendu parler des Bloodhound Gang, ces grands enfants à l'humour bien en dessous de la ceinture. 5 ans après le très bon Hooray for Boobies sort enfin Hefty fine, 4ème album du gang. Ces 5 années auraient elle suffit à faire sortir le groupe de l'age bête, et Hefty Fine serait il l'album de la maturité ?

Il suffit de jeter un coup d'oeil à la pochette et de lire le nom des titres (Balls out, Farting with a walkman on, Diarrhea runs in the family) pour se rassurer : le groupe a gardé le même esprit, et ses membres sont toujours aussi attardés qu'avant, c'est d'ailleurs en partie pour ça qu'on les aimait.

Par contre, musicalement, ce disque n'a pas grand-chose à voir avec le Hooray for Boobies. Car même si la recette est restée globalement la même, à savoir un mélange de rock, punk, électro et rap, le dosage n'a rien de comparable. Il ne reste plus grand-chose du coté rock énervé à la I hope you die, Along comes Mary
ou Yummy down on this, et il n'y a que (le très bon) Balls out qui puisse entrer dans cette catégorie. Les autres chansons sont beaucoup plus légères et enjouées, faisant parfois penser à du Blink 182 (avec les lyrics plus rappées que chantées, ça reste du Bloodhound Gang), comme le single Foxtrot uniform Charlie kilo, Ralf Wiggum ou Pennsslvania. D'autres chansons lorgnent plus vers le Bloodhound Gang électro de The bad touch, avec No hard feelings, mais surtout le très techno Uhn tiss uhn tiss uhn tiss et son gimmick de basse entêtant, qui fera un très bon tube pour les dance floor (une fois remixé par Eiffel 65, qui aura pris soin de retirer les « fuck » et autres « ass »). Enfin, le groupe arrive à mélanger habilement ces deux styles de compositions, sur les électro punk I'm the least you could do ou Farting with a walkman on.
Reste l'OVNI de ce disque, Something diabolical, en duo avec Vile Vallo, frontman de HIM, le groupe gothique à la mode. Ce titre, bien évidemment parodique, est sans doute le plus sombre (et le plus calme) jamais enregistré par le gang et marque une pause au milieu de toutes les autres blagues potaches de ce Hefty Fine. L'ambiance de ce titre est totalement réussie, avec notamment ces bruitages de goutte d'eau que l'on imagine tombée d'un stalactite d'une grotte remplie de chauve souris.

Même si l'esprit du groupe reste identique, ce disque risque de dérouter les fans de Hooray for Boobies. Et si vous n'accrochez pas, vous savez ce qu'il vous reste à faire, mettez vous-savez-quoi vous-savez-où (je parle bien évidemment du CD Hooray for Boobies dans votre chaine hi-fi, vous pensiez a quoi ?).


The Bloodhound Gang - Hefty Fine

01. Stricly for the tardcore
02. Balls out
03. Foxtrot Uniform Charlie Kilo
04. I'm the least you could
05. Farting with a walkman on
06. Diarrhea runs in the family
07. Ralph Wiggum
08. Something diabolical
09. Overheard in a wawa parking lot
10. Pennsylvania
11. Uhn tiss uhn tiss uhn tiss
12. Jackass
13. No hard feelings + Hefty fine

A découvrir
Bloodhound Gang (The) - Hooray for Boobies
Bloodhound Gang (The) - Hooray for Boobies
Blink-182 - Enema of the State
Blink-182 - Enema of the State
Lavigne (Avril) - Let Go
Lavigne (Avril) - Let Go