8/10Blizzard de Fauve, du spoken-word habité

/ Critique - écrit par nazonfly (), le 04/07/2013
Notre verdict : 8/10 - Blizzard, vous avez dit Blizzard (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 1 réaction

La sensation du moment (ou plutôt d'il y a quelques semaines) en France s'appelle Fauve. Cette sensation a beaucoup à voir avec les défunts Wu Lyf : les deux groupes se sont fait connaître principalement sur internet, les deux groupes ont un étrange logo (un signe ≠ pour les Français). Mais là s'arrête la comparaison puisque Fauve puise son originalité dans son spoken-word habité sur fond de musique aux accents de post-rock, voire de rock tout court. On ne peut alors s'empêcher de penser à un autre morceau qui avait fait le tour du web il y a quelques mois : La maman et la putain de Diabologum où le groupe toulousain reprend le monologue de Françoise Lebrun tiré du film éponyme (l'actrice avait d'ailleurs fait une apparition sur l'unique date de reformation du groupe ). Le cinéma a d'ailleurs, semble-t-il, une importance considérable pour Fauve puisqu'un titre du groupe (non présent sur cet EP mais téléchargeable sur le site de Fauve) se prénomme Les nuits fauves. Mais revenons un instant à la musique.

Ossature

Quand on écoute pour la première fois Fauve, la musique n'est pas
DR.
forcément ce qu'on en retient. Pourtant elle est essentielle en tant qu'ossature pour supporter les paroles du groupe. Il y a en effet un côté post-rock où les guitares s'accompagnent parfois de percus étonnantes mais à la limite de l'audible (Blizzard, Haut les cœurs, Rub a dub), où les chœurs viennent se greffer délicatement (Cock music smart music, Nuits fauves), où parfois le son se fait plus rock, à la limite du punk (Haut les cœurs), où les boucles tournent, tournent et tournent encore (Kané), où les guitares, enfin, s'associent à du synthé pour former une belle mélodie romantique (Rub a dub). Fauve aurait certainement pu se contenter de musique instrumentale mais ils ont choisi d'y adjoindre des paroles non pas chantées mais parlées.

Scansion et harangue

Ce spoken-word hanté fait le sel de Blizzard, comme un cri du cœur,
DR.
une lamentation, un hurlement de joie, le tout dans une scansion qui nous happe, nous entraîne et nous laisse sur le bord de la route, haletant, éreinté par un maelström de sentiments à fleur de peau. Fauve déclare sa flamme à l'être aimé dans une longue déclamation poignante et sincère, même si tellement peu véridique (Rub a dub). Fauve se lance dans une harangue optimiste faisant barrage à la peur de l'avenir et construisant, au contraire, les bases d'un futur enjoué comme s'il fallait s'en convaincre (Haut les cœurs). Fauve tente de sauver un type à deux doigts du suicide avec une tirade qui n'est pas un sermon mais au contraire un long éloge à la beauté de la vie (Kané). En effet, malgré la musique un poil sombre, malgré la diction volontairement énervée, le message principal qui se dégage de Blizzard est un véritable plaidoyer pour l'espoir et la vie dans un sentiment d'urgence. Éblouissant.

Point fort : la splendide Kané remuant cœurs et tripes

Point faible : ce qui marche sur un 6 titres peut-il marcher sur un album entier ?

En écoute, Kané

Fauve – Blizzard

01. Blizzard
02. Cock music smart music / Rag #1
03. Nuits fauves
04. Haut les cœurs / Rag #2
05. Kané
06. Rub a dub

Fauve sera en concert en 2013 :

- aux Eurockéennes de Belfort le samedi 6 juillet

- aux Francofolies de la Rochelle le samedi 13 juillet

- au Festival de Dour le mercredi 17 juillet

- à Rock en seine le samedi 24 août

entre autres...

A découvrir
Artsonic - Interview
Artsonic - Interview
Slipknot - Iowa
Slipknot - Iowa
Aldebert - Interview
Aldebert - Interview