7.5/10Black Bomb A - Enemies of the state

/ Critique - écrit par nazonfly (), le 22/05/2012
Notre verdict : 7.5/10 - De la bombe BB (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Le dernier album de Black Bomb A démarre en trombe : les guitares saturées ouvrent Enemies of the state suivies par une batterie très en forme et un beau hurlement qui fait chaud aux oreilles.

Dans ta face

Come on down donne d'entrée la couleur du disque : un metal aux influences thrash marquées, avec parfois un soupçon de punk. Autant dire que le groupe
DR. Piasecki Jérémie
ne s'embête pas avec des intros, des moments d'introspection, des ballades ou quoi que ce soit qui pourrait le ralentir dans sa course dévastatrice. Allez, on signalera quand même Jacou qui fait légèrement slapper sa basse sur No way. Pour le reste, Black Bomb A bourrine du début à la fin, porté par le duo de voix : aiguë pour Poun et grave pour le nouveau venu, Shaun, mais toujours dans un registre hurlé franchement bienvenu. Même si on confond d'ailleurs allègrement souvent les deux voix, on retiendra quand même le très beau rugissement sur No fear : « no feeaaarrrrrrrrrr of you » chanterez vous sûrement dans les concerts qui sentiront forcément la sueur, comme vous hurlerez sans doute « fight, fight » sur le bien nommé Destruction, un hymne à la lourdeur metallique. Dans ce contexte, l'arrivée impromptue d'une voix féminine sur Enemies of the state étonne un instant avant que l'on se rende compte qu'elle amène au final un changement intéressant dans les vocalises : un peu de douceur n'est pas de trop dans ce monde de brutes. La musique, elle, sait attaquer nos oreilles de différentes façons en faisant par exemple un petit détour par un punk du plus bel effet sur Telling me lies. On est par contre largement plus circonspects par Hell on earth qui mélange une partie doomesque, lourde, froide et gluante, des voix/chœurs à la limite du hard-rock le plus kitsch et un final plutôt désagréable dans un enrobage metal/hardcore en retrait.

Bref, vous l'aurez compris, Black Bomb A ne cherche pas d'alambiquées structures mais tape au contraire juste comme il le faut. Et on a l'agréable impression de revivre un certain âge d'or du metal, simple mais efficace et rappelant tout un tas de souvenirs : on en serait presque nostalgiques ! Black Bomb A n'est certainement pas la découverte du siècle, le groupe le plus original de tous les temps mais Enemies of the state, ça fait du bien par où ça passe. Et par ces temps de musique mièvre ou pompeusement ennuyeuse, c'est déjà ça de pris.

Vous pourrez en profiter d'ailleurs cet été pour les voir en concert à Lille le 2 juin, au Hellfest en juin (bon ok le Hellfest c'est complet), au Festival Fous Caves (en Charente) et Léz’Arts Scéniques en juillet... En live, ça devrait donner ça.

 

Black Bomb A – Enemies of the state

01. Come on down
02. We don't care
03. Fear
04. No way
05. Enemies of the state
06. Destruction
07. Telling me lies
08. Take control
09. Pedal to the metal
10. Hell on earth
11. Outro

A découvrir
Cradle of filth
Cradle of filth
Marilyn Manson
Marilyn Manson
Whatfor
Whatfor