9/10Björk - Post

/ Critique - écrit par Kassad, le 08/09/2004
Notre verdict : 9/10 - Une suite à la hauteur du début (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Post-combustion

Deux ans après un Debut prometteur et détonant, Björk remet le couvert avec un nouvel OVNI musical : Post. Cet album s'inscrit dans la suite logique de Debut, ce qui signifie qu'à la première écoute vous ne manquerez pas d'être surpris par chacune des pistes. On croit se trouver face à un banal album d'électro-pop, en fait on peut le penser pendant les deux premières chansons. Puis viennent The modern things et It's oh so quiet alternant le délire poético surréaliste avec la balade romantique où Björk se permet de dominer un orchestre du haut de son petit metre cinquante. Là vous comprenez qu'il n'y a rien à comprendre. Chercher une définition de la musique de Björk est comme courir après un elfe au fond d'une forêt. Il se joue de vous et au détour d'un chemin vous pique par derrière avant de s'échapper en s'esclaffant.

Une voix exceptionnelle

Pourtant une caractéristique frappante ressort de cet album : la voix de Björk est simplement unique. Il est impossible d'y échapper. Cristalline et mutine par instant, You've been flirting again, elle s'élève jusqu'au cieux dans Headphones et surtout The modern Things. Cette voix peut aussi receller une force et une détermination étonnante, voire effrayante dans Army of Me, tout en pouvant rester cabotine comme dans It's Oh so quiet. Une voix qui ne manquera pas de vous réveiller pour aussitôt vous bercer : elle vous prend en tenaille pour mieux vous ensorceler.

Des textes qui ne sont pas en reste

Mais il ne faudrait pas que les sensations sonores vous fassent passer à côté d'autres plus littéraires. Les textes des chansons sont de petits bijoux surréalistes. Ils marquent une vraie évolution entre Debut et Post qui peut facilement passer inaperçue pour nous, auditeurs francophones. Le premier intérêt est immédiat : les liens entre les mélodies et le ton apportent au moins autant que les arrangements de Tricky à la beauté de l'oeuvre. Le second est surtout pour les fans (mais ils auront j'en suis sûr déjà décortiqué ces textes) qui pourront, en lisant entre les lignes, retrouver les lubies personnelles de la miss.

Dépaysement assuré

Cet album reste pour moi un incontournable. C'est un voyage dans le pays enchanté de Björk, émerveillement, étonnement et ravissement sont au rendez-vous. Cependant je ne le classerais pas tout à fait dans la même catégorie que Debut qui fut un véritable choc esthétique des années 90. L'effet de surprise ne joue plus bien sûr mais, avec Post, Björk ne déçoit pas, et vu à quelle hauteur elle avait placé la barre cela veut tout dire...

A découvrir
Blink-182 - Enema of the State
Blink-182 - Enema of the State
Collins (Phil) - Face Value
Collins (Phil) - Face Value
Strokes (The) - Is This It
Strokes (The) - Is This It