Biffy Clyro - Concert à la Maroquinerie - 08/10/2007

/ Compte-rendu de concert - écrit par arth, le 13/10/2007

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 1 réaction

Un concert en dents de scie avec ses très beaux moments coupés par les nouvelles chansons d'un album raté.

Petite a priori en marchant dans la rue Boyer en direction de la Maroquinerie où ce soir joue Biffy Clyro, écossais barbus à la powerpop autrefois ravageuse et aujourd'hui frustrante. Dernier album en date, Puzzle, déception aléatoire, deux ou trois titres à sauver mais très loin derrière le Vertigo of Bliss de mon adolescence. Des souvenirs impérissables mêlés aux désillusions de cette année, Biffy Clyro a décidemment décidé de me coller aux basques.

Biffy Clyro
Biffy Clyro
Première partie oubliée. Passons à ce pour quoi nous sommes venus.
Entrée des artistes. Deux cousins machins encore une fois, et un cousin rasé.
Ca envoie du lourd sur Bodies in Flight, parfait pour faire tout de suite prendre la mayonnaise dans le public. Surprenant et exaltant de mater la technicité et la puissance des petits roux et du grand brun. Des petits hurlements screamo, des micro-solos jouissifs, une basse ronde qui fait groover sur un passage hardcore, les ingrédients de la recette écossaise sont là et procurent toujours autant de plaisir. Du salé sucré moderne.

Biffy Clyro
Biffy Clyro
Malheureusement pour moi, ayant craché Puzzle juste après l'avoir goûté, ils ont décidé de nous présenté ce dernier album. Problème de rythme, moi qui déteste les derniers morceaux et adorent les premiers, mon entrain ne cesse d'être cassé et relancé comme s'il faisait du ski sur une scie. My Recovery Injection, Questions and Answers, Glitter and Trauma étant les plus haut sommets de notre petit monde, le reste est d'un ennui abusé et abusif. J'ai beau réessayer de « redécouvrir les morceaux sur scène », je n'en reste que glacial et indifférent.
Living is a Problem Because Everything Dies et Saturday Superhouse, l'ouverture et le single de Puzzle sont sauvés, et de quelle manière ... Mais sinon le reste me laisse toujours un goût de pâte mal cuite dans la bouche, comme si ils avaient eu un problème de sens, d'odorat, pendant l'écriture du disque.

Je le répète car c'est la seule chose à dire: un concert en dents de scie avec ses très beaux moments coupés par les nouvelles chansons d'un album raté. Pas réellement déçu puisqu'ils sont toujours aussi accrocheurs sur scène, mais juste frustré de les voir jouer des chansons qui n'ont pas lieu d'être. Rien ne remettra en cause leur talent, espérons que Puzzle soit une erreur et qu'ils reviendront à la beauté et simplicité cinglante de leurs premières compositions où les mélodies se mélangeaient à la fureur des distortions, où les choeurs  tremblaient en harmonie avec les roulements de fûts de bucheron. Une oxymore sonore.


Photographies du concert par arth


Setlist
01. Bodies in Flight
02. Who's Got a Match
03. Saturday Superhouse
04. My Recovery Injection
05. A Whole Child Ago
06. The Kids from Kibble and the Fist of Light
07. Questions and Answers
08. Love Has a Diameter
09. Living is a Problem Because Everything Dies
10. Justboy
11. Get Fucked Stud
12. Machines
13. Now I'm Everyone
14. Glitter and Trauma
-------------
15. Joy. Discovery. Invention.
16. There's No Such Thing as a Jaggy Snake
A découvrir
Clawfinger - A Whole Lot of Nothing
Clawfinger - A Whole Lot of Nothing
Noir Désir - Des visages des figures
Noir Désir - Des visages des figures
Placebo - Placebo
Placebo - Placebo