8.5/10Beach House - Beach House

/ Critique - écrit par Vincent.L, le 09/09/2007
Notre verdict : 8.5/10 - House of love (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - 1 réaction

Le premier album de Beach House offre neuf ballades qui résonnent comme autant d'envolées mélodiques irréprochables.

Au bord de la plage, la maison d’Alex Scally et de Victoria Legrand (la nièce du compositeur français Michel Legrand), est une sublime résidence de vacances. Un lieu idéal pour s’étendre paisiblement en buvant un cocktail grisant, penser à des nébulosités duveteuses et s’éclipser dans un éden mélodique. La guitare d’Alex, très discrète, pelote graduellement des claviers à l’omniprésence malicieuse. La voix céleste de Victoria saisit nos émotions et leur plante de délicieuses piques soufflées. Parfois, un orgue et un piano viennent se joindre aux articulations musicales riches en réverbérations.

Mélancolie rêveuse

Entre poésie pop bouillonnante et intimisme électronique, la musique des américains de Baltimore rappelle ce qui se fait de mieux dans le domaine de la mélancolie rêveuse. Mazzy Star, This Mortal Coil et Julee Cruise ne sont jamais très éloignés. On pense aussi au premier album de Goldfrapp et à un soupçon du Floyd lorsque des guitares à peine psychédéliques mais largement obsédantes pointent le bout de leur nez (le prodigieux Apple Orchard, Master of None). Ce Beach House peut aussi évoquer ce que serait la musique d’Ennio Morricone s’il se tournait davantage vers la musique électronique (Tokyo Witch, Auburn and Ivory et son clavecin à vénérer). Une dream pop down tempo où la totalité des titres sont des ballades. Parfois, le rythme s’accélère le temps d’une larme, comme sur le tropical et spatial Childhood. La lo-fi prend toute sa mesure sur House on the Hill et Heart and Lungs, où un orgue un brin épique élève encore les débats vocaux de Victoria.

Le premier album de la formation propose neuf échappées gracieuses qui, en à peine 37 minutes, sonnent comme autant de voyages parfaits. Mais comme tout voyage qui se respecte, c’est toujours trop court.

 

Beach House – Beach House
01. Saltwater
02. Tokyo Witch
03. Apple Orchard
04. Master of None
05. Auburn and Ivory
06. Childhood
07. Lovelier Girl
08. House on the Hill
09. Heart and Lungs

A découvrir
Muse - Showbiz
Muse - Showbiz
30 Seconds to Mars - 30 Seconds to Mars
30 Seconds to Mars - 30 Seconds to Mars
Blur - Best of
Blur - Best of