8.5/10Bat For Lashes - The Haunted Man

/ Critique - écrit par Carlitolindo, le 16/10/2012
Notre verdict : 8.5/10 - un mysticisme à maturité (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 6 minute(s) - 1 réaction

L’enthousiasme est sans doute un des phénomènes humains les plus curieux de notre subconscient car celui-ci peut avoir comme effet de nous faire exploser de joie ou à l’inverse nous dévaster complètement. Vous l’avez bien compris, si je mets en avant ce mot, c’est bien parce que celui-ci est exactement ce que je ressens depuis quelques jours et encore plus depuis que j’ai commencé à écrire cette chronique ! La sortie du nouvel album de Bat For Lashes ne peut pas être considérée comme étant anodine tant Natasha Khan a créé un univers musical complexe et envoûtant depuis ses débuts avec Fur and Gold en 2007. Depuis, la charmante anglo-pakistanaise a beaucoup travaillé pour parfaire son style et offrir une musique toujours plus créative et curieuse que l’opus Two Suns en 2009 a magnifiquement mise en avant au point de faire une unanimité critique rare de nos jours !

Alors franchement l’arrivée de The Haunted Man, son troisième album, ne peut pas déclencher autre chose que de l’enthousiasme pur et dur car nous sommes beaucoup à croire que Bat For Lashes a beaucoup de potentiel encore faut-il que celui-ci soit à la hauteur de nos attentes, car le faux pas à son niveau aura plus de poids que la normale, c’est aussi ça la rançon du succès.

 

Mysticisme pop


le look indien ça connait
Je ne vous fais pas plus attendre et rentrons dans le sujet avec la première des onze pistes de l’album nommée Lilies. Cette première piste il faut bien le reconnaître ne bouscule pas trop les codes que notre chanteuse a instaurés sur les précédents albums, la chanson résonnant comme une ballade, Natasha Khan fait étalage de sa voix sur une rythmique tantôt absente tantôt onirique avec de belles envolées instrumentales qui nous ravient ! Malgré un chant laborieux par moment, on en est sûr on n’a pas perdu la Bat For Lashes que l’on connaît c’est déjà pas mal. On enchaîne avec All Your Gold que vous avez sûrement déjà tous entendu, vu que c’est le deuxième single extrait de l’album. Sur ce titre on retrouve les mélodies mystiques de la chanteuse et surtout un refrain entraînant bien aidé par l’entrée des sonorités synthétiques planantes, le titre se déverse au rythme des cordes qui s’entrelacent autour du chant de Khan résonnant heureusement, beaucoup plus clairement que sur le premier titre. On poursuit la visite avec Horses of the Sun. Sans être surprenant ce titre met bien en avant le travail de production de l’artiste et sa volonté de créer une mélodie collant le plus minutieusement possible au thème car que ce soient les instruments ou les différentes touches électroniques, tout est sa place pour donner l’image de ces « chevaux du soleil ». On passe à Oh Yeah la fameuse piste inédite que Natasha Khan passait lors de ses précédents concerts et force est de constater que la version studio est à la hauteur de nos attentes ! Les chœurs en résonance autour des petites envolées de l’artiste sont un pur délice auditif, la rythmique synthétique surprend par rapport à la version live mais qu’importe ce titre planant et rêveur est une merveille !

 


On n'est pas trop d'accord avec la coupe de cheveux
On poursuit le voyage avec Laura qu’il n’est plus la peine de présenter non plus car étant le premier single issu de l’album, vous l’avez sûrement déjà entendu. Ce titre est une longue ballade au piano où notre artiste avec un chant en forme de complainte nous raconte l’histoire du protagoniste en question, la piste tranche radicalement avec le début de l’album mais ce côté intimiste a son charme. La suite Winter fields est déjà beaucoup plus entraînante avec une mélodie nous projetant déjà en hiver, les nappes synthétiques et l’introduction des cordes font le travail pour donner toute la plénitude requise pour un titre très inspiré de Björk, une belle réussite encore. La piste suivante The Haunted Man se découpe en plusieurs parties, le démarrage downtempo est plutôt sombre, puis arrive la batterie façon militaire avec des chœurs masculins fantomatiques (encore une fois on est complètement dans le thème), à ce moment-là on entre dans la deuxième phase où tout s’accélère, la rythmique s’intensifie tout comme la voix de notre chanteuse qui en fait peut être un peu trop même si c’est sur un court laps de temps.

Nouveaux changement de ton avec la piste Marilyn où la voix brumeuse de Natasha Khan s’autorise quelques envolées qui cette fois font mouche ! Toujours accompagnées par un synthétiseur omniprésent et des effets psychédéliques assez savoureux. La suite A Wall reste plus ou moins dans la même configuration mais ne surprend pas, sans être mauvaise loin de là, cette piste reste un peu trop plate pour faire la différence ! Le refrain par exemple manque d’explosivité pour faire exister la mélodie. Changement de ton avec Rest Your Head qui dispose d’un mélange instrumental audacieux laissant planer un petit coté féerique cher à l’artiste, le ton s’accélère ensuite avec l’arrivé des beats synthétiques et de chœurs toujours plus fantomatiques mais pourquoi n’avoir pas laissé plus de place au passage de guitare ? C’est une question que je continue toujours de me poser car celui-ci permet de d’embellir un titre un poil répétitif. L’ultime piste Deep Sea Diver nous emmène doucement vers la fin de l’opus, cette chanson en forme de ballade est lente au possible mais possède une solide construction instrumentale tournant autour de nappes synthétiques simples agréablement mises en avant par le piano et quelques beats bien pensés ! Le chant de Natasha Khan, posé et mystique nous emmènent avec tristesse vers une fin symbolisée par un long passage instrumental où le piano nous donne le tournis, cet instrument si cher à l’artiste insuffle le supplément d’âme nécessaire pour faire de ce titre un très joli final.

 

Être hanté ça marche bien !

 


On préfère celle la!
Avant de passer à la conclusion on pourrait parler de la pochette de l’album qui ne peut pas laisser indifférent ! Non pas à cause de la nudité poétiquement mise en avant mais plutôt par rapport aux pochettes précédentes qui proposaient beaucoup de couleurs et un univers plus enchanteur que ce noir et blanc très épuré sur The Haunted Man ! L’intéressée s’explique « Je voulais vraiment me dénuder en l’honneur de femmes telles que Patti Smith, pour ces femmes brutes et honnêtes. Je n’avais pas de maquillage, c’est simplement moi et mon homme hanté ». En tout cas à première vue on pourrait penser que ce troisième album change de ton mais comme vous l’avez sans doute compris ce n’est pas tout à fait ça !

 

The Haunted Man continue de nous faire voyager dans l’univers mystique et féerique de Bat For Lashes avec délice, les mélodies magnétiques et la voix chaude et mystérieuse de Natasha Khan nous emportent volontiers dans cette pop à l’identité affirmée ! Les pistes Oh Yeah, All Your Gold ou encore Deep Sea Diver sont impressionnantes dans leur construction, preuve d’une certaine maturité productive de Natasha Khan. À noter aussi une différence entre chaque piste qui évite le sentiment de répétitivité qui était à craindre.

En revanche certaines pistes ne frappent pas vraiment comme A Wall ou Lilies, loin d’être mauvais ces titres ne sont pas au niveau du reste ! Ce petit écart n’est pas très important au vu de l’album mais il faut quand même le souligner tout comme la voix parfois irritante de Natasha Khan... Mais si peu.

 

Au final mon enthousiasme est toujours là et The Haunted Man est à la hauteur de nos attentes ! Sans vraiment révolutionner son genre Bat For Lashes assoit sa réputation avec cet opus créatif et fascinant ! En une phrase ... Jetez vous dessus !

Bat For Lashes - The Haunted Man

1. Lilies
2. All Your Gold
3. Horses of the Sun
4. Oh Yeah
5. Laura
6. Winter Fields
7. The Haunted Man
8. Marilyn
9. A Wall
10. Rest Your Head
11. Deep Sea Diver

Le clip de Laura pour la forme !

A découvrir
Matt - Rnb 2 rue
Matt - Rnb 2 rue
Nightwish - Over the Hills and Far Away / Century Child
Nightwish - Over the Hills and Far Away / Century Child
Cradle of filth
Cradle of filth