8.5/10Armstrong (Craig) - Memory Takes My Hand

/ Critique - écrit par wqw..., le 17/09/2008
Notre verdict : 8.5/10 - Une minute… toute une vie ! (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Tel un peintre abstrait celui-ci influe des touches de couleurs nuancées, estompant d’autres images évocatrices. « Les mélodies, d’abord dissimulées, se révèlent progressivement »

Il y a déjà dix ans sortait The Space Between Us, album sensation qui mêlait aux sonorités électroniques du moment, plutôt trip-hop, de magnifiques lignes de cordes. Craig Armstrong a poursuivi ces aventures musicales en multipliant les bandes originales pour des blockbusters comme Moulin Rouge, World Trade Center, Elizabeth ou dernièrement l’Incroyable Hulk.


Ce serait peut-être oublier un peu vite le talent de compositeur esthète du bonhomme que ce soit sur disque, notamment avec Piano Works en 2004, mais aussi sur scène puisque qu’on a pu le voir en France notamment à la Salle Pleyel, temple de la musique classique. C’est donc avec un réel plaisir que l’on découvre de nouvel opus.

Armstrong propose trois nouvelles œuvres composées ces quatre dernières années, élaborant un style sans doute plus personnel, le reflet de ses influences. Dans le même temps son approche acoustique de l’enregistrement a très clairement puisé dans les techniques en vigueur dans la musique électronique, renouvelant ainsi l’approche de composition.


Tel un peintre abstrait celui-ci influe des touches de couleurs nuancées, estompant ici et là d’autres images évocatrices. Tel Immer composé pour la violoniste Clio Gould, pour son jeu particulier, transparent, où « les mélodies, d’abord dissimulées, se révèlent progressivement » notamment par l’élaboration d’un système de boucles lentes, de répétitions…

Les deux autres œuvres sont des commandes pour des inaugurations de lieux d’art (musée et salle de concert), des troublants vocaux de Memory Takes My Hands aux quinze pièces pour orchestre d’une minute de One Minute, véritable exercice de style faisant de chacune un élément indépendant, mais partie d’un ensemble homogène.

Craig Armstrong en privilégiant toujours un peu plus le son, l’orchestration, dévoile encore un peu plus l’étendu de son talent. Sincère et stimulant !

 

Craig Armstrong - Memory Takes My Hand
----------------------------------------------------------
01. Immer (Violin Concerto No.1)

One Minute, 15 pieces for orchestra
02. Knoydart
03. Sionascaig
04. Sound of Jura
05. Bauchaille Etive Mor
06. Rassay
07. Govan
08. Kirkwall
09. Crimond
10. Quiriang
11. Rackwick Bay
12. Edinburgh
13. Cape Wrath
14. Glasgow
15. Rannoch Moor
16. Perth

Memory Takes My Hand
17. Us
18. World
19. Age (once)
20. Taittirya Uphanisad
21. Recovering
22. One Day
23. North
24. Glasgow
25. As We Loved
26. Risen
27. The World Shall Turn
28. Many

A découvrir
Armstrong (Craig) - As if to nothing
Armstrong (Craig) - As if to nothing
Collins (Phil) - Face Value
Collins (Phil) - Face Value
Up and Down, l'hymne des lofteurs
Up and Down, l'hymne des lofteurs