9/10Andrey Dergatchev - The Return

/ Critique - écrit par wqw..., le 05/11/2006
Notre verdict : 9/10 - L'esthétique du sombre (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Dergatchev compose ici un univers ambiant et chargé d'émotion, qui joue avec les sonorités électroniques, néo-classiques, les sons naturels, les bruits et les frottements...

Andrey Zvyagintsev est un jeune réalisateur russe. En 2003, alors inconnu de tous, il présente un premier film, The Return, durant le Festival de Venise. Etonnement, envoûtement, ovation et, à la clef, un Lion d'Or. Son idée du cinéma est simple : « On ne devrait pas parler de ce qui est vraiment important mais simplement chercher à le suggérer. » Rien d'étonnant à ce que la musique y joue un rôle essentiel.

Aux commandes de celle-ci, un autre Andrey. Dergatchev est son nom. Cofondateur du Saira Blanch Theatre Group, ce dernier travaille beaucoup sur les relations entre musique et nouvelles technologies, ainsi qu'autour des musiques électroacoustiques et collabore également avec le groupe autrichien Lux Flux.

Suivant la narration du film, Andrey Dergatchev compose ici un univers ambiant et chargé d'émotion, qui joue avec les sonorités électroniques, néo-classiques, les sons naturels, les bruits et les frottements : une mélopée slave chantée par un vieil homme, de sombres géorgiens grégoriens et quelques dialogues en russe... Autant d'éléments qui alimentent notre imaginaire de repères visuels, que les photos extraites du film entretiennent un peu plus.

La campagne est désertique, l'eau noire, le ciel gris bleu, comme marqué à jamais par l'aube ou le crépuscule. L'esthétique de Zvyagintsev se devine instinctivement dans la musique de Dergatchev. Les paysages mélancoliques et fantomatiques prennent ainsi des formes et du relief, le cycle naturel de vie est un éternel recommencement et les choses retournent nécessairement à leur point de départ.

Sans pour autant connaître cette oeuvre cinématographique, la densité de la musique réalisée à cette occasion suffit à la doter d'une âme propre. C'est sans doute ce qui a poussé le label ECM à sortir, près de deux ans plus tard, cette bande originale ô combien envoûtante ! Alors fermez les yeux et laissez-vous emporter...


Andrey Dergatchev - The Return
01. Underwater
02. Old Man
03. Shorty
04. In The Bedroom
05. The Road
06. Mugam
07. Titles-Run
08. Japan
09. Bekhtovo
10. Port
11. Mozart
12. Rehersal
13. Culmination
14. Piano
15. Georgians
16. Final Titles
17. Rain

A découvrir
M - Le Baptême
M - Le Baptême
Blink-182 - Enema of the State
Blink-182 - Enema of the State
Alizée - Gourmandises
Alizée - Gourmandises