7.5/10Amos (Tori) - Little Earthquakes

/ Critique - écrit par Danorah, le 26/07/2005
Notre verdict : 7.5/10 - "Black-winged roses that safely changed their colours" (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 1 réaction

Pétrie de mélodies enchanteresses et d'une interprétation à fleur de peau, la musique de Tori Amos ne devrait laisser insensibles que les coeurs de pierre.

Lorsque parait son premier album, Little Earthquakes, Tori Amos est âgée de 28 ans. Un âge qui peut sembler relativement avancé, a fortiori pour une pianiste prodige qui fut à 5 ans la plus jeune élève admise au prestigieux Peabody Institute de Baltimore. Mais c'est compter sans un cheminement artistique sinueux, qui débute par un enseignement classique et rigoureux auquel Tori ne souscrit qu'avec peine ; c'est en effet dans le rock des années 70 qu'elle trouvera ses véritables influences artistiques. Après avoir définitivement tourné le dos à la musique classique, Tori Amos se lance dans un premier album avec un groupe baptisé Y Kant Tori Read, album rock peu inspiré qui ne rencontre pas le moindre succès. Ce n'est qu'avec Little Earthquakes que la carrière de la chanteuse va réellement prendre son essor.

Délaissant les sonorités rock, Tori Amos livre par le biais de Little Earthquakes une musique intimiste, presque dépouillée dans son instrumentation, bien que nullement creuse. Pourquoi dépouillée ? Tout simplement parce que l'instrument roi de la chanteuse est le piano. Tori aime cet instrument, et va même jusqu'à lui prêter une vie propre. (Elle confie dans une interview : « Je ne suis jamais seule, les pianos sont mes amis, [...] ils me protègent. ») Il est aisé de lui donner raison lorsqu'on la regarde jouer et, surtout, lorsqu'on prête une oreille attentive à ses compositions. Sur Little Earthquakes, comme sur tous les autres albums de Tori Amos, le piano est omniprésent. Son importance outrepasse même celle de la voix, pourtant magnifique, de la chanteuse. Sous les mains de cette dernière, les claviers acquièrent un pouvoir particulier : ils exercent une sorte de fascination sur l'auditeur, réveillant des émotions au plus profond de son être. Tantôt agressif, tantôt hésitant, c'est un piano aux graves très développés qui se fait entendre, joué d'une manière caractéristique, reconnaissable entre mille. L'apparition d'autres instruments ne semble avoir lieu que pour palier aux insuffisances auxquelles le piano ne peut remédier lui-même : on recensera ainsi quelques cordes éparses et percussions discrètes, mais voilà tout.

La musique de Tori est, avant toute chose, émotionnelle ; peu de compositeurs peuvent prétendre à un pouvoir d'évocation aussi puissant. L'intensité des contre-chants au piano, mêlée à l'utilisation intelligente et sensuelle de la voix de Tori confère à Little Earthquakes une force peu commune. Les paroles ne sont d'ailleurs pas en reste puisque Tori ose même une chanson entièrement a capella sur le thème du viol, dont elle a fait la douloureuse expérience. Textuellement renversante, Me And A Gun l'est aussi musicalement, reprenant de manière obsessionnelle un thème halluciné et rendu étouffant grâce à l'utilisation d'un nombre restreint de notes. Me And A Gun est même devenue la chanson phare de l'association RAINN (Rape Abuse and Incest National Network) fondée par Tori Amos. On découvre donc sur Little Earthquakes une artiste indubitablement engagée, tant sur le plan musical que civique. On regrettera cependant l'aspect parfois relativement hermétique de ses textes, compensé remarquablement par la limpidité émotionnelle de la musique en elle-même. Nul besoin de saisir le sens des paroles pour deviner le sentiment qui s'en dégage : le plus souvent une profonde mélancolie (Tear In Your Hand, China, Winter...) parfois traversée de manière brève et inattendue par un petit rayon de soleil (Happy Phantom) et rehaussée de titres plus « combatifs » et doucement enragés (Precious Things, Little Earthquakes). La tonalité de cet album se fait néanmoins plutôt sombre, comme pleine d'une rage contenue qui n'éclate que lors de fugitifs instants d'envolées vocales et mélodiques. La voix chaude de Tori se fait fragile, parfois susurrante, toujours suggestive et à la diction bien particulière. C'est grâce à celle-ci et à son utilisation des claviers que Tori Amos parvient à créer son propre univers artistique, empli d'ombres et de mystères, et tellement captivant que l'on voudrait que Little Earthquakes ne finisse jamais.

Si ce n'est pas dans cet opus que l'on trouvera les meilleures compositions de Tori Amos (on retiendra Precious Things, Curcify et Tear In Your Hand comme titres phares de l'album), on assiste néanmoins lors de son écoute à la mise en place d'un style musical particulier, que Tori ne délaissera pas de si tôt. Pétrie de mélodies enchanteresses et d'une interprétation à fleur de peau, la musique de Tori Amos ne peut laisser insensibles que les coeurs de pierre - et encore, cela reste à prouver...


Tori Amos - Little Earthquakes
01. Crucify
02. Girl
03. Silent All These Years
04. Precious Things
05. Winter
06. Happy Phantom
07. China
08. Leather
09. Mother
10. Tear In Your Hand
11. Me And A Gun
12. Little Earthquakes

A découvrir
Red Hot Chili Peppers
Red Hot Chili Peppers
Blink-182 - Enema of the State
Blink-182 - Enema of the State
Pearl Jam - L'intégrale
Pearl Jam - L'intégrale