8.5/10Amon Tobin - Isam

/ Critique - écrit par Carlitolindo, le 22/10/2011
Notre verdict : 8.5/10 - Sculpture musicale (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 7 minute(s) - 4 réactions

3 ans et demi ! Voilà le temps que nous avons dû patienter pour voir arriver la suite de l’étonnant Foley Room qui nous avait déjà réservé un changement de style par rapport aux anciens opus de Amon Tobin, ce ne fut pas vraiment une surprise car ce changement perpétuel est devenu une véritable marque de fabrique pour ce musicien que l’on nomme symboliquement le « chirurgien du son ».

De Bricolage à Foley Room

Pour la petite histoire et pour ceux qui ne connaîtraient pas encore Amon Adonai Santos de Araujo Tobin (de son vrai nom), ce manieur de sons est un dj
DR.
qui se nourrit des différents styles et grand thèmes musicaux de ce monde. Véritable artisan du sample et de la Drum’n bass il nous a offert jusque là des opus qui oscillait entre une electro planante (
Bricolage), puis jazzy  (Permutation, Supermodified), breakbeat jungle (Out from out where) et meme BO de jeux video (Splinter cell Chaos theory). L'ensemble allié à sa culture musical ainsi qu’à sa parfaite maîtrise des outils technologiques fait que nous avons un musicien qui a acquis une popularité jamais démentie !

En 2007 sort Foley Room qui annonce un net changement dans son style musical avec pour objectif de créer un nouvel environnement sonore. Le sampling et la drum n’bass sont en retrait et voient débarquer un nouveau système basé sur des sons, des bruits recueillis dans la vie de tous les jours. Armé d’un enregistreur micro il nous fera partager des musiques teintées de bruissement de moto, de tigre, de petites voitures électriques et autres objets incongrus avec un sens du montage que lui seul sait aussi bien manier, il faut admettre que ce disque m’avait agréablement surpris et je ne suis pas le seul ! Un véritable opus créatif donnant une nouvelle approche de la musique électronique un méli-mélo sonore orchestral, nerveux, angoissant bref, une perle que seul Amon Tobin peut nous offrir !

1 puis 2 puis 3 et encore quelques mois et voilà le nouvel album d’Amon Tobin nommé très simplement Isam.

Une belle entrée en matière

La pochette diffère déjà de ses anciens opus : pour ceux qui connaissent le personnage cela sautera aux yeux ! Tobin nous offre un graphique en tout point remarquable, un papillon attaqué par des insectes inconnus c’est un peu spécial mais c’est artistiquement beau, voilà déjà un bon point !

Passons aux choses sérieuses et mettons le cd dans la chaine hifi, on se doute
DR.
bien que ce disque doit être la suite de
Foley Room et la première piste JourneyMan nous le confirme : les bruits et les sons s’entrechoquent ! Une véritable euphorie sonore, le refrain est explosif, mélodieux, on en prend plein les oreilles ! On se rend compte rapidement que son nouveau style initié en 2007 s'est encore amélioré ! Pour pousser le vice un peu plus loin on pourrait penser que Journeyman est finalement la suite de At the end of the day qui fermait Foley Room.

Revenons à nos moutons et prions pour que la suite soit au même niveau, passons à la piste 2 Piece of Paper puis la 3 Goto 10 et là, il est temps de déchanter quelque peu. On remarque toujours ce travail sur la sonorité, ce nombre incalculable de sons qui se déchaînent mais cette fois-ci de façon très inégale ; la mélodie a disparu et l’approche se fait beaucoup plus difficile. Autant dire que ce genre de musique a besoin d’être analysé, réécouté pour que notre subconscient puisse y décelé toutes ses richesses !,

La suite Surge est du même acabit un vrai brouhaha sonique qui nous fait croire que la continuité de l’album est vraiment constituée de pistes très conceptuelles, mais vient l’arrivée de Lost and Found qui nous rappelle à nos bons souvenirs de l’époque « bricolage ». C’est rythmé, planant, le fond sonore
DR.
composé de voix travaillées colle particulièrement bien à l’ensemble sonique de nature « Downtempo », une piste exceptionnelle dans sa configuration il suffit de fermer les yeux pour être emporté !

Wooden toy diffère du début de l’album : on se voit plonger dans une rythmique qui suggère du piano avec par-dessus une voie qui résonne de façon récurrente, le tout donne un ensemble un peu spatial qui est loin d’être déplaisant. Mass et spring est en revanche dans le même style que Piece of paper, une belle démonstration technique à travers plusieurs cordes triturées un peu indigestes. Calculate est une petite piste sans réel fil directeur, si ce n’est comme instrument principal un « luminaire » désaccordé qui lui donne un coté très psychotique !

On continue l’exploration avec Kitty cat une plage avec encore la présence de voix et où l’on pense entendre en fond des instruments traditionnels asiatiques redéfinis au synthétiseur, à vous de vous faire votre propre avis sur la question ! Bedtime stories porte bien son nom, on part sur une berceuse pour enfant qui avec l’arrivée de bruits et sons de tous bords nous ramène à l’âge adulte.

La suite Night Swim est un enchevêtrement d’instruments travaillés et de sons curieux… Le final Dropped from the sky est robotique, l’apparition de drum, d’instruments à vent triturés et de voix intenses termine un album qui nous laisse sur plusieurs sentiments.

Isam, entre qualité technique et manque de cohérence

On ne peut nier la qualité technique déployée sur cet opus ! Amon Tobin a encore gagné de l’expérience là où on pensait que Foley Room avait déjà atteint des sommets, mais le contre-coup de cette marée de connaissance est
DR.
sans doute une inégalité sur et entre chaque piste qui laissera beaucoup d’amertume ! La qualité des sons, des bruits et du travail accompli est indéniable mais le réel manque de cohérence entre les pistes et la mélodie provoque la plupart du temps une certaine difficulté à l’écoute qui peut disparaître si l’on aime décrypter, analyser la musique au travers d’un très bon home cinéma ou un gros casque qui bloque toute intrusion de sons environnants. En revanche toute personne qui cherche juste une musique de distraction sans une once de réflexion peut clairement passer son chemin !

Au final Amon Tobin nous montre que Foley Room n’était peut-être qu’un prélude de son revirement artistique fait pour introduire ce système basé sur la capture et la transformation des bruits et sons de ce monde, qui finalement s’impose avec l’arrivée de ce disque ô combien impressionnant, qui donne en quelque sorte un nouveaux coup de jeune à une musique concrète d’un certain Pierre Henry ou Pierre Schaffer et j’en passe ! Petit bémol quand même car le train Isam devrait laisser les quelques réfractaires de Foley Room sur le quai ainsi que les personnes qui adulaient les mélodies terriblement puissantes du
DR.
maître ! Tant pis il ne peut pas toujours être parfait du premier coup, pour ma part je ne vais pas bouder mon plaisir à régaler mes oreilles et mon subconscient en enfilant un gros casque puis fermer les yeux pour que mon imagination puisse faire le reste car finalement n’est-ce pas là un des buts recherchés par le 4eme art ? M. Tobin, lui, a sans doute déjà trouvé
la réponse depuis très longtemps et ce n’est pas pour nous déplaire !

À noter que Amon Tobin a créé un spectacle visuel/sonore autour d’une œuvre contemporaine de Tessa Farmer pour sa prochaine tournée nommée sobrement Isam live, pour voir un petit making of de ce projet ambitieux voici le lien ainsi qu’un autre ou Tobin nous montre son procédé artistique pour la création de cet album ! Bon visionnage.

 

Amon Tobin - Isam

01. Journeyman
02. Piece Of Paper
03. Goto 10
04. Surge
05. Lost & Found
06. Wooden Toy
07. Mass & Spring
08. Calculate
09. Kitty Cat
10. Bedtime Stories
11. Night Swim
12. Dropped From The Sky
13. One Last Look (Bonus Track)

A découvrir
Tomahawk - Tomahawk & Mit Gas
Tomahawk - Tomahawk & Mit Gas
Dolly - Interview
Dolly - Interview
3 Doors Down - Away From The Sun
3 Doors Down - Away From The Sun