8/10American Head Charge - The War of Art

/ Critique - écrit par weirdkorn, le 13/11/2006
Notre verdict : 8/10 - Chargez ! (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Groupe de néo-metal à forte tendance indus, American Head Charge s'est formé dans le Minnesota suite à la rencontre en centre de désintoxication de ses deux leaders, le chanteur Cameron Heacock et l'homme à tout faire (guitare, basse et programmation) Chad Hanks. Cette anecdote sur la formation du groupe colle parfaitement au style de musique joué : violente, sombre et névrotique. D'ailleurs, leur nom de scène et la pochette de leur premier album, The War of Art, ne laissent guère de doute sur leurs intentions. Comme le montre ce tank effrayant, American Head Charge est là pour tout écraser. Et ils y arrivent particulièrement bien.

Avec sa production en béton armé (Rick Rubin est aux commandes), The War of Art ressemble à un bulldozer qui assomme l'auditeur tout du long à coup de rythmiques explosives, de guitares tranchantes et de hurlements surpuissants. Oscillant entre la violence brute et les ambiances dépressives, American Head Charge rejoint de nombreux groupes de néo. Mais le combo du Minnesota arrive à se détacher de la masse par une utilisation importante de claviers, par ses compositions complètement déstructurées et par le talent de son chanteur, aussi doué dans les parties criées que pour le chant clair. Sorte de croisement entre Ministry, Slipknot et Marilyn Manson, le groupe signe avec The War of Art un opus hors norme, qui malgré sa longueur (16 pistes pour 67 minutes de musique) ne comporte aucun remplissage.

A fond du début à la fin, cet album se distingue par une importante utilisation de samples pour gonfler encore la densité sonore des morceaux et ajouter sur chacun une ambiance spécifique. Sur chaque titre, c'est un mur de grattes et une atmosphère aussi noire que rageuse qui nous accueillent. Passés les passages les plus violents (notamment le destructeur Americunt Evolving Into Useless Psychic Garbage), l'album dévoile toute sa qualité lors de mélodies de grande qualité. Ainsi, A Violent Reaction, Pushing the enveloppe et All Wrapped up alternent les couplets ravageurs avec des refrains chantés exceptionnels. Dans un genre plus calme (enfin tout est relatif), le single Just So You Know, Shutdown et Breathe In, Breathe Out séduisent également par ce mélange entre refrain atmosphérique et rythmique surpuissante. Et comment ne pas parler de Song for the Suspect avec ses couplets géniaux menés par des claviers subtils, de Never Get Caught, de Self ou de Fall qui ont tout de l'hymne metal, ou du génial Effigy 23, titre le plus aérien et magnifiquement ouvert au piano ?

De bout en bout, The War of Art est une grande réussite, une déflagration sonore au service d'un metal sombre et violent. Certains regretteront le côté peu original du groupe mais au vu de la cohérence et de la profondeur des 16 titres, on ne peut que s'incliner devant le talent de ce nouveau grand nom de la scène metal américaine.


American Head Charge - The war of art
01. A Violent Reaction
02. Pushing The Envelope
03. Song For The Suspect
04. Never Get Caught
05. Self
06. Just So You Know
07. Seamless
08. Effigy
09. Americunt Evolving Into Useless Psychic Garbage
10. Shutdown
11. We Believe
12. Breathe In, Bleed Out
13. Fall
14. Reach And Touch
15. All Wrapped Up
16. Nothing Gets Nothing

A découvrir
Slipknot - Iowa
Slipknot - Iowa
Mushroomhead - XX
Mushroomhead - XX
Cradle of filth
Cradle of filth