7/10Amadou & Mariam - Dimanche à Bamako

/ Critique - écrit par Danorah, le 25/07/2005
Notre verdict : 7/10 - ... Ou comment voyager tout en restant chez soi. (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 1 réaction

Un album à l'image de son artwork : rayonnant, presque un peu kitsch, mais plein d'une bonne humeur communicative.

Cela n'aura échappé à personne, nous sommes en été. Et pour l'immense majorité d'entre nous, qui dit été dit vacances, qui dit vacances dit voyages, et qui dit voyages dit... dépaysement. Nous y voilà. A défaut de partir pendant trois semaines pour quelque destination lointaine et exotique, vous avez toujours la possibilité d'écouter ce que l'on appelle de la world music : beaucoup moins onéreuse et (presque) aussi efficace. A cet effet, nous avons choisi pour vous (sic) le duo africain Amadou & Mariam, qui ne manquera pas d'égayer votre été.

Premier élément d'une importance capitale, à préciser avant toute autre chose : c'est Manu Chao, mentionné comme « guest star » sur la pochette de l'album, qui est aux commandes de celui-ci. Ce qui explique le sentiment irrépressible d'avoir « déjà entendu ça quelque part ». La patte de Manu n'est pas seulement repérable, elle est omniprésente : samples, mixage, voix, bruitages, Manu Chao s'en est donné à coeur joie sur cet album, pour un résultat finalement plus proche du chanteur franco-espagnol (on ne peut s'empêcher de comparer certaines plages de Dimanche à Bamako avec les ambiances des concerts de Manu, où celui-ci est secondé par un jeune rasta époustouflant) que du duo malien. Manu va même jusqu'à insérer, avec beaucoup d'à propos, ses propres paroles : « Il est minuit à Tokyo, il est cinq heures au Mali, quelle heure est-il au paradis ? »

Et pourtant, il serait injuste de nier toute participation d'Amadou & Mariam à ce Dimanche à Bamako. Si celui-ci s'ouvre sur des plages musicalement similaires au style de Manu Chao (qui assure notamment les choeurs), on ne peut pas passer à côté des voix chaudes et entraînantes qui assurent le chant principal, ni des instruments typiquement africains et des paroles chantées dans une langue mi-française mi-africaine, qui permet la compréhension des textes mêlée à une touche d'exotisme bienvenue. Dès le troisième titre, Coulibaly, on est immergé dans l'univers ensoleillé d'Amadou & Mariam, fait d'un peu de douceur et de mélancolie, mais surtout d'un optimisme forcené et débordant de vitalité. La musique d'Amadou, Mariam et Manu Chao regorge d'enthousiasme et d'impétuosité, et c'est certainement ce qui fait le point fort de Dimanche à Bamako. Point fort qui permet de pardonner un certain manque de recherche musicale (certains parleront de minimalisme) qui donne parfois l'impression d'entendre la même chose tout au long de l'album. Mais qu'importe après tout, l'essentiel est de se laisser porter par la musique...

Celle que nous livrent Amadou & Mariam se fait souvent dansante (Coulibaly, Beaux Dimanches, Artistiya...) mais sait aussi se montrer sereine et touchante, comme dans le très beau Djanta ou encore dans M'Bifé Blues et Politic Amagni. On regrettera cependant quelques textes un peu « niais » tels que ceux de La Fête Au Village ou parfois un peu faciles (Politic Amagni, Beaux Dimanches, La Paix) - bien que parfaitement louables sur le fond (citons à titre d'exemple la paix entre les peuples, la tolérance, l'amour, le goût des choses simples, etc.). Ainsi, la diversité des thèmes abordés, des tempi et des atmosphères devrait permettre à l'auditeur d'échapper (de peu) à l'ennui qui guette, suite à l'enchaînement de quinze titres malgré tout musicalement très similaires.

Finalement, ce Dimanche à Bamako se révèle être à l'image de son artwork : rayonnant, presque un peu kitsch, mais plein d'une bonne humeur communicative. Un album qui promet quelques écoutes agréables en ce mois de juillet, mais qui risque tout de même de lasser rapidement. En somme, un bon divertissement qui nous change de la grisaille habituelle... et c'est déjà pas mal.


Amadou & Mariam - Dimanche à Bamako
01. M'Bifé
02. M'Bifé Balafon
03. Coulibaly
04. La Réalité
05. Sénégal Fast Food
06. Artistiya
07. Fête Au Village
08. Camions Sauvages
09. Beau Dimanche
10. La Paix
11. Djanfa
12. Taxi Bamako
13. Politic Amagni
14. Gnidjougouya
15. M'Bifé Blues

A découvrir
Noir Désir - Des visages des figures
Noir Désir - Des visages des figures
La Ruda Salska
La Ruda Salska
Mano Negra (La) et Manu Chao
Mano Negra (La) et Manu Chao