7.5/10L'Algérino - Les derniers seront les premiers

/ Critique - écrit par Toma, le 24/05/2005
Notre verdict : 7.5/10 - Les Derniers seront les premiers (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 2 réactions

En provenance de la planète Mars, un ovni déboule dans le microcosme du rap français à bord du label marseillais bien identifié 361 Records. Son identifiant: L'Algérino. Sa particularité: un flow rapide, technique, en un mot efficace. Sa mission : apporter un peu de sagesse et de vérité dans le rap français.

Premier concert à peine âgé de 11 ans, L'Algé est loin d'être un inconnu sur la scène marseillaise. Après avoir séduit Akhenaton, il a parcouru la France entière avec IAM, en participant à l'ensemble des premières parties de la tournée Stratégie tour. Il aura attendu sa 23ème année pour décider de vivre du rap et de sortir son premier album solo Les Derniers seront les premiers.

L'Algérino, c'est avant tout un jeune de banlieue avec la chance et le courage de faire des études et qui pourtant, décide d'oublier sa carrière de prof de math pour se recentrer sur le rap, jusqu'ici un simple loisir. Une décision qu'il explique à travers ces textes: il vient bousculer les rappers français, premiers a prêcher le faux, en apportant plus de vérité que de belles "guns and drugs" stories. Il propose en effet aux siens de se remettre en question (Mais connaît-on la rue plus qu'une prostituée qui de force se fait sauter ?)

Il n'hésite pas non plus à se frotter au thème du port du voile, ou à se mettre à la place d'un algérien parti en France pour vivre un rêve très vite brisé. Avec Soprano, il rend hommage à Gandhi, MalcomX comme au Général Massoud, mais aussi à tous ces anonymes qui se sont battus pour un peu plus de paix, ou victimes des gens qui mêlent politique et religion. Armé de son flow serré, technique et révolté, L'Algé largue de véritables bombes textuelles sur chacune de ses chansons, assumant totalement son image de rapper sage de Marseille, persuadé que s'il échoue c´est juste qu'il aura eu tort d´avoir eu raison un peu trop tôt.
Coté flow, petite déception cependant en ce qui concerne sa voix, qui manque peut être encore un peu de puissance, ou peut être tout simplement de charisme, mais que la véracité des textes suffit à faire oublier.

Privilégiant le fond sur la forme, on a heureusement le droit à plusieurs productions plus qu'agréables, notamment les titres produits par Akh. Ambiance western sur Les derniers seront les premiers, rock avec la reprise de Shadow and lights de Chris de Burgh sur On est là !, ou encore orientale sur T'sais c'est qui, qui cause: L'originalité et la qualité sont au rendez-vous sans être révolutionnaire non plus.

Des titres plus légers, plus rythmés aussi, sont lâchés avec énergie, histoire de rappeler que cet opus, bien que globalement sérieux, reste plus un message d'espoir que le seul constat d'une situation sans issue. Accompagné du superbe "Prince de la rime" Akh rendant hommage aux kits de nos bonnes vieilles mobs 103 Dans l'Mouv, L'Algé nous fait respirer un agréable vent phocéen. Même optique avec On est là et puis forcément, on à le droit à un M.A.R.S. rassemblant une partie de "la famille": Akh, Shurik'N et bien évidemment les Psy 4 de la rime.

En somme L'Algérino s'impose très certainement comme la nouvelle grosse production marseillaise depuis les Psy4 de la rime. Textes intelligemment ficelés, taillés par un flow véloce, L'Algé rappelle à certains qu'ils doivent rester droits réglo et humbles, à d'autres qu'ils récolterons la merde qu'ils ont semée et nous rappelle surtout à tous qu'on est voué à cohabiter de force ou de gré donc quitte à faire...

A découvrir
Pink - Missundaztood
Pink - Missundaztood
A - Hi-Fi Serious
A - Hi-Fi Serious
Pleymo - Keçkispasse ?
Pleymo - Keçkispasse ?