7/10Himalaya mon amour, la pop en montagnes québécoises

/ Critique - écrit par nazonfly (), le 24/09/2015
Notre verdict : 7/10 - Escarpé (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Ça vous dit de traverser l'Atlantique pour découvrir la pop himalayesque d'Alex Nevsky ?

Je ne sais pas si vous avez déjà entendu parler du Gala de l'ADISQ mais il s'agit en tout cas des Grammy Awards Québécois qui récompensent des artistes sous la forme de Félix. Après deux nominations en 2010, Alex Nevsky fait le grand chelem en 2014 et rafle les Félix de l'Interprète masculin de l'année, de l'Album pop de l'année avec Himalaya mon amour et de la Chanson de l'année avec On leur a fait croire. Penchons-nous donc un instant sur cet album qui sort de notre côté de l'Atlantique en cette fin de semaine.

Comme l'Himalaya, l'album d'Alex Nevsky comporte de joyeux et chatoyants sommets et de sombres vallées encaissées et tristes. Le tout sous le signe de l'amour bien évidemment.

Mais cet Himalaya n'est pas une montagne russe et se décompose en deux parties distinctes, les chatoyants sommets se trouvant tous en début et les sombres vallées en fin d'album. C'est ainsi que du titre éponyme jusqu'à La bête lumineuse Alex Nevsky enchaîne les petites sucreries pop comme Les coloriés qui glisse sur l'oreille comme du miel au fond de la gorge. Plus exotique avec ses sonorités tropicales, ses chœurs chaleureux et ses rythmes chaloupés, Mieux vaut vivre pauvre est de ces chansons qu'on imagine composées sur une plage de sable blanc, un verre de caïpirinha à la main, pour faire se remuer lascivement l'auditeur. Mais c'est avec On leur a fait croire, qui n'a certainement pas volé le titre de la chanson de l'année, qu'Alex Nevsky atteint un certain niveau : sifflements, basse vrombissante, « papapapa » en guise de refrain font du titre une chanson idéale à chantonner (ce que demande plus souvent qu'il ne le croit l'auditeur et plus encore s'il est en concert) et remuer doucement du popotin. Enfin La bête lumineuse est véritablement lumineuse avec un refrain ravageur qui explose dans tous les sens d'une lueur rafraîchissante, notamment dans un final extatique. Comme s'il fallait mettre un terme à une première partie qui donne le sourire aux lèvres et réchauffe les cœurs.


DR.

Une fois la première partie belle et bien finie, le piano de J'aurai des mains sonne une deuxième partie moins entraînante, moins enchantée. Si on peut passer rapidement sur ce titre, peut-être le moins réussi avec ces effets de synthé sur le refrain, on s'attardera plus volontiers sur Si tu restes, chef d’œuvre de lamentation au piano avec ce « Peu m'importe » qui revient comme un gimmick épuisant. Entre le trop cliché et la franche réussite, ce titre ne laisse pas indifférent et prépare le terrain pour le nadir de Himalaya mon amour : lent et sombre, Tuer le désir semble s'enfoncer dans une mélasse collante. Avec le triptyque Katharina, Je te quitterais et Loin, chansons d'amour en phase terminale, on retrouve la lamentation de Si tu restes, la guitare sèche remplaçant avec bonheur le piano. Entre mal-être et douceur, ces trois titres sont plutôt réussis, la palme revenant à Loin où le léger accent de Nevsky amène la subtile touche pour nous charmer.

Himalaya mon amour se termine enfin avec les deux meilleures chansons de l'album : Koh tao, la seule chantée en anglais, se rappelle au bon souvenir de Coldplay quand ils n'étaient pas un supergroupe faisant la tournée des stades et Fanny, endiablée, jouissive, qui nous laisse avec le nécessaire sourire sur le face.

Point fort : un mélange d'obscurité et d'ombre vraiment agréable

Point faible : quelques lamentations au piano dispensables

La critique en 140 caractères : Entre sommets chatoyants et sombres vallées, Himalaya mon amour d'Alex Nevsky est un bel album pop qui saura vous charmer.

En écoute Les coloriés

Alex Nevsky – Himalaya mon amour

01. Himalaya mon amour
02. Mieux vaut vivre pauvre
03. Les coloriés
04. On leur a fait croire
05. La bête lumineuse
06. J'aurai des mains
07. Si tu restes
08. Tuer le désir
09. Katharina
10. Je te quitterais
11. Loin
12. Koh tao
13. Fanny

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : White crocodile et Fragile, deux EPs, deux univers, deux réussites