7/10Aichinger (Oskar) - Synapsis

/ Critique - écrit par wqw..., le 07/10/2006
Notre verdict : 7/10 - Jazz en exploration (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Ces compositions à la fois denses et éthérées d'Oskar Aichinger démontrent une fois de plus le talent de cet autrichien sur ces terres souvent périlleuses.

Suivant le modèle tracé par leurs compatriotes d'ECM, le label allemand Between the Lines tente, depuis la fin des années 1990, de se consacrer aux jazz qui sortent des sentiers battus, à la pointe de la création musicale. Pas toujours évidentes, leurs sorties sont néanmoins à suivre de prêt : le trompettiste Frantz Koglmann, le contrebassiste Peter Herbert, le guitariste James Emery, le clarinettiste François Houle ou le pianiste Oskar Aichinger qui sort son quatrième album.

Le musicien autrichien fait ici la part belle aussi bien au piano, son instrument de prédilection, qu'au synthétiseur et plus largement à l'électronique. Cette dernière vient parasiter les ambiances développées par les autres. Sur de petits gimmicks, simples et souvent étourdissants, chacun participe à l'instauration d'atmosphères parfois proche de celles d'un film. C'est le cas cette angoissante Zone où les cordes grattées du piano donnent l'impression d'une petite boîte à musique détraquée pour une petite fille à moitié folle, qui se promène avec le lion Clarence, le célèbre félin de Daktari qui, le pauvre, souffre d'un strabisme convergent.

Souvent rattaché aux milieux des improvisateurs, Aichinger travaille surtout ici, à explorer les sons : les dissonances d'un piano préparé, les résonances naturels ou échos réalisés par la machine de Stefan Nemeth. La batterie, elle aussi électrique, permet de proposer des sonorités variées comme le système de tuyauterie de cet antre de la folie (The Cave of Insanity). La basse devient alors par sa sobriété presque irréelle.

Ces compositions à la fois denses et éthérées d'Oskar Aichinger démontrent une fois de plus le talent de cet autrichien sur ces terres souvent périlleuses. Toujours à la frontière (Borderline) des styles, il tente de développer dans Synapsis, un univers propre, son cinéma, sans chichis ni dentelles, mais dans lequel il peut évoluer librement. On sent qu'il y prend plaisir et nous avec.



Oskar Aichinger - Synapsis
Part 1
01. Clarence
02. The Zone
03. Inside, From Outside
04. Borderline

Part 2
05. Need No Umbrella
06. Morning in Arms
07. Tears in Outer Space

Part 3
08. Cataract
09. The Visit
10. The Cave of Insanity

Part 4
11. Off Memory

 

Discographie
Synapsis (Between The Lines / juin 2003)
To Touch a Distant Soul (Between The Lines / avril 2001)
Elements of Poetry (Between The Lines / mars 2000)
Poemia (Durian / décembre 1999)

A découvrir
Dionysos - Western sous la neige
Dionysos - Western sous la neige
Placebo - Placebo
Placebo - Placebo
Armstrong (Craig) - As if to nothing
Armstrong (Craig) - As if to nothing